Le Mali salue le ferme leadership de l’Algérie en matière de médiation et de réconciliation

0
Mali Algerie
Advertisement

Algerie Mali: Les travaux de la deuxième session de la réunion de haut niveau des parties à l’Accord de paix et de réconciliation au Mali se sont conclus, vendredi soir, dans la capitale malienne, par la ratification d’une déclaration qui a abouti à cinq jours d’intense dialogue entre les signataires pour l’accord émanant de la piste d’Alger.

le Premier ministre Choguel Maiga a présidé la cérémonie de clôture, à laquelle ont assisté des membres du gouvernement, des responsables des mouvements internationaux et de la médiation, et des médias.

Dans son allocution, Chogoel Maïga a réitéré la volonté du président de transition, ainsi que du gouvernement, de ne ménager aucun effort pour mettre en œuvre sa part des engagements pris dans le cadre de l’accord de paix. Il a également remercié la médiation internationale sous la « ferme leadership de l’Algérie », dont il a salué « le leadership et l’engagement ».

Parmi les résultats les plus importants de la réunion de haut niveau figuraient la décision d’intégrer 26 000 anciens combattants en deux lots avant la fin de 2024, ainsi que la création et l’activation d’un comité spécialisé qui gérerait le travail des cadres civils de haut rang et les militaires affiliés aux mouvements soussignés, ainsi que la décision du gouvernement de lancer des réformes politiques et institutionnelles non liées à l’amendement constitutionnel.

Les travaux se sont déroulés dans une atmosphère positive caractérisée par le renouvellement de l’adhésion de toutes les parties à l’accord de paix et leur engagement à œuvrer pour accélérer sa mise en œuvre.

Les parties maliennes et les membres de la médiation internationale ont salué les résultats tangibles de cette rencontre, soulignant l’importance de l’accord de paix et de réconciliation au Mali, qui découle de la voie incontournable de l’Algérie.

Il est attendu que la réunion ministérielle du Comité de suivi de l’Accord présidé par l’Algérie et que le gouvernement malien a exprimé sa volonté d’organiser dans les prochaines semaines contribuera à relancer et à renforcer la dynamique de paix que le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a longtemps appelé les parties maliennes à le faire.

Article précédentLe Sénat américain dissipe le rêve du Maroc d’un consulat à Dakhla
Article suivantBureaucratie : le président Tebboune promet de combattre le fléau