L’Espagne refuse de punir l’Algérie

0
Espagne
Advertisement

La commission des affaires étrangères du Sénat espagnol a rejeté une proposition présentée par le parti d’extrême droite « Vox », dans laquelle il appelait le gouvernement à prendre des mesures pour contrôler l’immigration irrégulière, notamment en demandant à l’Union européenne d’imposer des sanctions à l’Algérie, au Maroc et à Mauritanie.

Le parti a exigé que l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie se voient refuser des visas, ou que la politique française de réduction des visas pour les citoyens nord-africains soit mise en œuvre.

Considérant que l’Espagne est envahie par des immigrés, ce qui l’oblige à recourir à diverses mesures pour défendre son intégrité territoriale et son identité, ce parti ultranationaliste a soumis au Sénat espagnol une proposition de projet de résolution sous l’angle de la sécurité nationale.

Le projet de résolution, selon le document soumis textuellement, comprend « l’interdiction de visas pour les citoyens de l’Algérie, du Maroc et de la Mauritanie jusqu’à ce que ces pays acceptent de recevoir des immigrants illégaux qui ont violé les frontières de l’Espagne ». Le parti s’est inspiré de cette mesure de la politique française, qui s’est efforcée de réduire le visa pour les citoyens marocains, algériens et tunisiens jusqu’à ce que leurs gouvernements acceptent l’accueil des immigrés irréguliers.

En outre, le projet de résolution prévoyait « d’exiger des institutions européennes qu’elles imposent des sanctions économiques au Maroc, à l’Algérie et à la Mauritanie », ainsi que de « dénoncer devant les organisations internationales ce que les pays d’Afrique du Nord font subir à l’Espagne en ne contrôlant pas le trafic irrégulier ».

Vox décrit l’arrivée des migrants comme une agression planifiée contre l’Espagne.

Les députés du parti au Sénat ont souligné que l’Algérie et le Maroc « ont historiquement utilisé les flux migratoires comme une arme géopolitique, en allégeant ou en faisant pression sur les contrôles alors qu’il était dans leur intérêt d’affaiblir la position de négociation, tant de l’Espagne que de l’Union européenne, face à leurs demandes. »

La commission sénatoriale des relations étrangères a été témoin d’un débat houleux, les parties ayant refusé ou émis des réserves sur le projet de résolution soumis par Fox.

Le parti radical de gauche Kompromis a considéré cette proposition comme une provocation car elle attaque les réfugiés.

Le représentant du Parti socialiste au pouvoir a été dur dans son intervention contre le parti Vox, estimant que de telles initiatives au Parlement visent à criminaliser et stigmatiser les immigrés et les étrangers aux qualités inacceptables, surtout lorsque le parti Vox a fait le lien entre immigration et terrorisme.

Le représentant du parti à la commission des affaires étrangères a cité la pauvreté et les privations qui sévissent dans la région du Sahel en raison de divers facteurs, notamment la sécheresse, et ainsi les jeunes fuient à la recherche d’horizons plus larges grâce à l’immigration.

Le Parti populaire d’opposition, cependant, a adopté une position différente, rejetant la proposition mais accusant le gouvernement actuel de Pedro Sanchez d’être à l’origine de cette situation en ne traitant pas strictement de l’immigration et en faisant preuve d’indulgence envers l’immigration irrégulière.

Il a exclu d’accepter une telle proposition car elle placerait l’Espagne dans une confrontation avec ses voisins du sud, l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie, surtout à un moment où l’Espagne a besoin d’énergie, en référence à l’importation de gaz d’Algérie.

Le parti ultra-nationaliste Vox est devenu la troisième force politique en Espagne, bien que sa fondation ne remonte qu’à quelques années.

Il utilise des questions telles que l’immigration et l’identité chrétienne de l’Espagne pour susciter la sympathie du public national.

Article précédentLa Russie cesse d’exporter du gaz vers un autre pays européen
Article suivantProjection d’un film français sur les Harkis d’un réalisateur marocain au Festival de Cannes