L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a adressé, mardi, « un avertissement sévère » à la télévision publique, suite à une faute très grave commise par le présentateur du bulletin d’information de la matinée. En annonçant l’ouverture du procès des mis en cause dans l’affaire Djamel Bensmaïl, ce dernier a parlé d’individus « appartenant à une région terroriste », au lieu d’ «organisation terroriste ».

« Lors de la diffusion par l’EPTV du bulletin de la matinée du 24 août 2021 annonçant le procès des accusés dans l’affaire du chahid Djamel Bensmain, une faute grave a été commise par le présentateur qui a qualifié une région du pays de terroriste », précise le communiqué de l’ARAV.

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel estime qu’il s’agit là d’un  « manquement impardonnable notamment en cette conjoncture exceptionnelle et sensible que connait le pays et qui requiert davantage de discernement et de clairvoyance dans le traitement de tels sujets d’autant que l’Algérie est sujette à une campagne féroce sans précédent visant sa sécurité et son unité ».

L’ARAV s’attend à ce que « des mesures disciplinaires appropriées soient prises à l’encontre des responsables de cette faute ». Et de rappeler qu’elle « met toujours en garde contre de tels dérapages qui pourraient entrainer de graves conséquences ».

De son côté, la télévision publique a publié un communiqué dans lequel elle présente ses excuses. L’EPTV a évoquant une « erreur claire de par le contexte de l’information » qui ne laisse « place à aucun doute ».

Article précédentL’Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc
Article suivantPourquoi l’Algérie n’est pas encore une puissance émergente