Maroc en Crise : La Sécheresse Met en Péril le Modèle Agricole

0
Maroc en Crise : La Sécheresse Met en Péril le Modèle Agricole

Au cœur de l’Afrique du Nord, le Maroc fait face à une crise dévastatrice qui ébranle son économie et remet en question son modèle agricole. Une sécheresse endémique s’est abattue sur le pays, entraînant la perte de centaines de milliers d’emplois dans le secteur agricole, qui est pourtant vital pour le pays.

Maroc : Un Secteur Agricole Fragilisé

Le secteur agricole a toujours occupé une place de choix dans l’économie marocaine, représentant 14 % du PIB du pays et employant environ 40 % de la population active. Pendant des années, le Maroc a investi dans le développement de ce secteur, espérant en faire un acteur majeur sur la scène internationale. Le Plan Maroc Vert (PMV), lancé en 2008, avait pour objectif de stimuler les exportations agricoles et de faire du Maroc un fournisseur clé de l’Union européenne en produits tels que les tomates, les haricots verts, les poivrons, les fraises, les agrumes et l’huile d’olive.

Les résultats initiaux du PMV étaient prometteurs, avec une augmentation significative du PIB agricole et des exportations de produits alimentaires. Cependant, cette stratégie a rapidement montré ses limites à mesure que la sécheresse devenait un problème endémique au Maroc.

Sécheresse au Maroc : Une Crise Structurelle

La sécheresse est devenue une réalité alarmante au Maroc, menaçant non seulement la production agricole mais aussi la disponibilité en eau pour les populations urbaines. En 1960, le pays disposait de 2 600 mètres cubes d’eau par personne et par an. Aujourd’hui, ce chiffre a chuté à seulement 600 mètres cubes, bien en dessous de la demande nationale.

Fouad Amraoui, professeur en sciences de l’eau à l’université Hassan-II de Casablanca, alertait déjà en 2022 sur la situation critique. Les barrages, sources vitales d’approvisionnement en eau, atteignaient des taux de remplissage alarmants. Le barrage d’Al Massira, l’un des plus importants du pays, était rempli à seulement 5,5 %. La situation était encore plus préoccupante pour certaines régions.

Sécheresse au Maroc : Surexploitation des Ressources

L’une des causes majeures de cette crise est la surexploitation des nappes souterraines. Les agriculteurs marocains ont creusé des puits de plus en plus profonds pour accéder à l’eau, épuisant ainsi les réserves en eau souterraine. Marcel Kuper, chercheur universitaire néerlandais, souligne que la situation des nappes souterraines est devenue si préoccupante qu’elles ne peuvent plus compenser la faiblesse des eaux de surface.

Le développement de cultures exigeantes en eau, telles que les agrumes, les pastèques et les avocats, a également contribué à cette crise. Encouragés par des subventions gouvernementales, les agriculteurs ont étendu leurs plantations, ignorant les défis climatiques et environnementaux.

Le Dilemme de l’Exportation Agricole

Le modèle agricole marocain, axé sur l’exportation, a atteint ses limites. L’agriculture intensive nécessite d’énormes quantités d’eau, ce qui a entraîné une dépendance croissante vis-à-vis des ressources hydriques. Aujourd’hui, le Maroc importe une grande partie de ses besoins alimentaires de base, tels que le maïs, les huiles de graines, le blé et le sucre, malgré son potentiel agricole.

La flambée des prix mondiaux des denrées alimentaires aggrave la situation économique du pays, et la suppression des subventions pour les cultures d’agrumes, de pastèques et d’avocats a ajouté à la crise. Les agriculteurs, qui ne reçoivent plus d’aides pour creuser des puits ou acquérir des équipements d’irrigation, se retrouvent dans une situation précaire.

Vers un Changement de Modèle Agricole

Face à cette crise majeure, les autorités marocaines reconnaissent la nécessité d’un changement radical dans le modèle agricole du pays. Le plan Génération Green 2020-2030 tente de corriger certains des problèmes du PMV en se concentrant sur la résilience face au changement climatique et en prônant une utilisation plus efficace de l’eau.

Cependant, le Maroc reste confronté à un dilemme complexe. Il doit créer des emplois en milieu rural tout en préservant ses ressources en eau limitées. Les experts appellent à une réflexion approfondie sur la politique agricole du pays, mettant en garde contre les conséquences environnementales et économiques de la surexploitation des ressources hydriques.

Le Maroc Face à un Avenir Incertain

La sécheresse qui sévit au Maroc est bien plus qu’une crise météorologique passagère. Elle remet en question un modèle agricole qui a été le moteur de la croissance économique du pays pendant des années. Les enjeux sont énormes, tant sur le plan économique qu’environnemental.

Le Maroc est à un tournant décisif, où il doit repenser sa politique agricole pour concilier le besoin de développement économique et la préservation de ses ressources naturelles. L’avenir du pays dépendra en grande partie de sa capacité à relever ce défi complexe et à trouver un équilibre entre la création d’emplois et la gestion durable de l’eau. La situation actuelle appelle à une réflexion profonde sur la manière dont le Maroc envisage son avenir.

Article précédentSahel United : Le Mali, le Niger et le Burkina Faso s’Unissent pour Redessiner l’Afrique
Article suivantInflation en Algérie : Une Pause Fragile dans un Climat Économique Incertain