Mohamed, le père du milieu offensif de l’Olympique Lyonnais, Nabil Fékir, est «excédé» par les pressions exercés par certains médias, notamment algériens, afin qu’il tranche entre la France et l’Algérie.

Dans une déclaration faite à «Footmercato», il a tenu à démentir les informations ayant été véhiculés par certains journaux concernant une probable décision du joueur de 21 ans d’opter pour les Verts. «Certains médias algériens prêchent le faux pour avoir le vrai. On ne sait pas pour quelle nation il va jouer, moi-même je ne lui ai pas posé la question alors que je suis son père. Je ne comprends pas certains médias, qui parlent en mon nom sans que je ne dise rien. Peut-être que quelqu’un de la famille au pays a parlé, ça se peut, mais Nabil ne leur a pas parlé ! Il l’annoncera d’abord à sa mère et à moi-même. Ça m’énerve qu’on parle pour lui, il vient de commencer en pro, c’est agaçant de lire des choses fausses dans certains articles», a-t-il déclaré, avant d’ajouter : «Je l’ai toujours dit aux journalistes français ou algériens : quoi qu’il arrive, je serai son premier supporter. Je suis son père, qu’il choisisse la France ou l’Algérie, je serai le premier à le soutenir, il n’y a aucune ambiguïté là-dessus», comme pour dire qu’il n’a jamais fait pression sur lui pour opter pour l’Algérie comme ça a été signalé ça et là. Il faut dire que c’est le joueur lui-même, et son entourage probablement, qui ont alimenté ces rumeurs en jetant à chaque fois le trouble sur sa future sélection.

Récemment, Nabil Fékir avait déclaré qu’il ne «pourrait dire non à Deschamps si jamais il le convoque». Le lendemain, le sélectionneur français a répondu qu’il ne pourrait convoquer le joueur «juste pour le bloquer». Le dossier Fekir reste ouvert.

Elyas Nour

Originally posted 2015-02-27 17:25:03.

Article précédentPlus de 30% des bénéficiaires de l’ANSEJ ne remboursent pas
Article suivantBaccalauréat: coup d’envoi officiel à Alger