À quelques mois de l’ouverture des Jeux méditerranéens 2022, Comité international des Jeux méditerranéens (CIJM) a exprimé ses inquiétudes sur le bon déroulement de cet événement. Davide Tizzano, le président  du CIJM, a exigé des « solutions immédiates » pour que ce rendez-vous sportif puisse se tenir.

Le Comité de coordination des Jeux méditerranéens « Oran 2022 » évoque des retards de construction des infrastructures, d’achèvement des appels d’offres, de mise en place de programmes de technologie et de transports, dans un rapport transmis au CIJM.

Le CIJM exerce de fortes pressions dans le souci de « préserver le prestige des Jeux méditerranéens ». Pour ce faire, Davide Tizzano prévoit de mener une visite d’inspection à Oran le 10 décembre pour s’enquérir de l’avancement des préparatifs pour ces jeux qui devraient s’ouvrir le 25 juin prochain.

« Nous respectons le peuple algérien et ses efforts, nous respectons le gouvernement du pays pour les grandes dépenses qui ont été faites pour la construction des projets, mais nous devons préserver le prestige des Jeux méditerranéens. Nous voulons tous que les Jeux aient lieu à Oran, nous aiderons par tous les moyens à les organiser, mais nous ne pouvons pas mettre en danger le plus grand événement sportif de la Méditerranée », indique le CIJM dans un communiqué.