Programme Pegasus : le Maroc accusé d’espionner à l’étranger par le Parlement européen

    0
    Une partie de la réunion de la commission du Parlement européen

    Le Parlement européen s’intéresse de près à l’utilisation par le Maroc de logiciels d’espionnage tels que Pegasus. La commission d’espionnage Pegasus du Parlement européen a ouvert un dossier sur l’utilisation de ce logiciel par le régime marocain pour espionner des militants, dissidents, journalistes et responsables à l’étranger.

    Lors de la réunion du Parlement européen, la militante sahraouie Aminatou Haidar a été invitée à témoigner. Elle avait précédemment accusé les autorités marocaines d’utiliser Pegasus pour espionner son téléphone. Des experts ont été chargés de discuter de cette question, suite à une proposition du Parti vert.

    https://twitter.com/nadisou6965/status/1623811339540918279

    Le rapport de la commission d’enquête sur l’utilisation de Pegasus révèle l’implication du Maroc comme l’un des principaux acteurs dans l’utilisation de logiciels espions contre plusieurs fonctionnaires européens, notamment en Espagne, ainsi que l’envoyé de l’Union en Afrique Sahel, Romano Prodi. Selon le rapport, les autorités marocaines pourraient également utiliser ces logiciels pour espionner l’Italie, la France et l’Espagne.

    Le rapport indique également que les autorités marocaines espionnent le gouvernement espagnol, avec un grand nombre de cibles en Espagne ayant été révélées en juillet 2021. Bien que les cibles aient été visées par différents acteurs et pour différentes raisons, le rapport soulève de graves préoccupations quant à la protection de la vie privée et des droits fondamentaux.

    Le Parlement européen a approuvé cette mois-ci, pour la première fois en un quart de siècle, une résolution critiquant la situation des droits de l’homme au Maroc. Cette décision intervient suite au scandale de corruption impliquant des membres du Parlement européen et le Maroc. Le rapport de la commission d’enquête est toujours en cours de modification, mais cette enquête montre l’importance de surveiller de près les activités de logiciels d’espionnage en Europe et au-delà.

    Article précédentAlgérie-France : vers une rupture imminente des relations diplomatiques ?
    Article suivantCrise diplomatique entre le Maroc et la France : fin des fonctions de l’ambassadeur Benchaaboun