Projets d’investissement Algéro-Tunisiens pour Conquérir les Marchés Africains

0
Projets d'investissement Algéro-Tunisiens pour Conquérir les Marchés Africains

Le Premier ministre algérien, Ayman Ben Abderrahmane, a lancé un appel en faveur de projets d’investissement conjoints entre l’Algérie et la Tunisie pour pénétrer les marchés africains. Cette initiative intervient dans le contexte du lancement de la Zone de libre-échange continentale africaine, une opportunité porteuse pour les pays de la région.

Les déclarations de Ben Abderrahmane ont été prononcées lors de l’ouverture du Forum économique algéro-tunisien, en présence du Premier ministre tunisien Ahmed Al-Hachani, au Palais des Congrès à Alger.

Le Premier ministre a souligné que la position géostratégique des deux pays les positionne en tant que trait d’union entre les continents africain et asiatique, en passant par le Moyen-Orient, et en tant que porte d’accès à l’Europe. Il a également rappelé que l’Algérie et la Tunisie sont parties prenantes d’accords de libre-échange englobant ces régions. De plus, l’Algérie souhaite intensifier ses échanges économiques avec les pays d’Afrique de l’Ouest, des marchés prometteurs comptant une population de plus de 350 millions d’habitants.

Il a souligné que l’adhésion de l’Algérie et de la Tunisie à la Zone de libre-échange continentale africaine devrait augmenter le produit intérieur brut de l’Afrique de 7 %, atteignant ainsi 450 milliards de dollars. Cette adhésion favorisera également une augmentation des exportations africaines de l’ordre de 560 milliards de dollars, principalement dans le secteur manufacturier, offrant des perspectives prometteuses pour l’investissement commun et l’expansion des exportations vers les pays africains. Ben Abderrahmane a souligné la nécessité pour les deux pays de coordonner leurs efforts, d’intensifier leur collaboration et de synchroniser leurs politiques visant à développer des produits compétitifs destinés à l’exportation.

Selon le Premier ministre, l’Algérie dispose d’infrastructures modernes en constante évolution, garantissant leur durabilité et l’atteinte de leurs objectifs de développement. Ces infrastructures permettent à l’économie algérienne de bénéficier d’un réseau logistique avancé, comprenant des aéroports modernes, des ports et des routes majeures, dont certaines sont directement reliées au continent africain.

Il a cité en exemple la route transsaharienne qui s’étend sur 10 000 kilomètres, avec une liaison principale vers le Nigeria via le Niger, ainsi que des branches reliant l’Algérie, la Tunisie, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Tchad. Cette infrastructure favorise l’intégration économique, couvrant trois régions africaines (Nord, Ouest, Centre). Le projet a été convenu en juin 2022 lors d’une réunion en Algérie, avec pour objectif de créer un corridor économique intégré.

Ben Abderrahmane a également annoncé que l’Algérie était désireuse de tirer parti de toutes les opportunités disponibles et d’encourager les opérateurs économiques à forger davantage de partenariats et d’intégration, tant lors de ce forum que lors des futures réunions bilatérales. Il a exhorté les parties à établir des partenariats fructueux, à établir des relations commerciales durables et à conclure des accords mutuellement bénéfiques.

Avant le forum, Ben Abderrahmane a eu des entretiens avec son homologue tunisien, au cours desquels ils ont examiné les moyens de renforcer la coopération bilatérale dans divers domaines. Ils ont réaffirmé leur volonté de dynamiser la coopération bilatérale et de surveiller de près les différents projets communs, notamment en renforçant les échanges économiques et en coordonnant leurs politiques, avec une évaluation régulière des activités de coopération.

Article précédentFacilitation de l’importation de voitures neuves en Algérie : une mesure pour stimuler le marché automobile
Article suivantL’Algérie lance deux appels d’offres pour l’approvisionnement de 90 000 tonnes d’aliments pour bétail et de volaille