Réchauffement Diplomatique : L’Algérie et l’Espagne sur la Voie de la Réconciliation

0
Réchauffement Diplomatique : L'Algérie et l'Espagne sur la Voie de la Réconciliation

La querelle qui avait éclaté en mars 2022 entre l’Algérie et l’Espagne, suite à la décision du Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, de soutenir le plan marocain pour le Sahara occidental, semble enfin connaître des jours meilleurs.

Selon des informations récentes provenant du journal espagnol El Confidencial, l’Algérie envisage de nommer un nouvel ambassadeur à Madrid, mettant ainsi fin à dix-neuf mois de crise diplomatique depuis le rappel de l’ambassadeur Said Moussi, en poste depuis le 19 mars 2022. Le nom du successeur de Moussi, qui a été désigné ambassadeur d’Algérie à Paris le 10 août 2022, est pour l’instant gardé secret.

Cet éventuel retour de l’ambassadeur algérien à Madrid est perçu comme un signe prometteur d’amélioration des relations entre les deux pays. Selon des sources confidentielles, il semblerait que des pourparlers aient eu lieu en septembre à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, où un accord aurait été trouvé pour une normalisation progressive des relations entre l’Algérie et l’Espagne.

Djamel Eddine Bouabdallah, président du Cercle de commerce et d’industrie algéro-espagnol (CCIAE), a confirmé ces avancées. Il a souligné que plusieurs facteurs ont contribué à ce rapprochement, ouvrant la voie à un retour progressif des relations entre les deux pays.

Vers un Climat Plus Apaisé

Le discours de Pedro Sanchez devant l’Assemblée générale des Nations unies en septembre dernier a marqué un tournant. Il a plaidé en faveur d’une solution « mutuellement acceptable » pour le conflit au Sahara occidental, conformément à la Charte des Nations unies et aux résolutions du Conseil de Sécurité, sans mentionner sa position précédente qui soutenait le plan marocain d’autonomie, provoquant ainsi la colère de l’Algérie.

Cette évolution dans la position de l’Espagne sur le Sahara occidental a grandement contribué à la détente des relations avec l’Algérie, comme l’a expliqué Djamel Eddine Bouabdallah. Par ailleurs, le soutien de l’Espagne à la création d’un État palestinien, exprimé lors du conflit entre Israël et la Palestine, a également trouvé un écho favorable à Alger. Le 16 octobre, Pedro Sanchez a plaidé devant les dirigeants européens en faveur de la reconnaissance d’un État palestinien comme la « seule voie » pour résoudre de manière « définitive » le conflit israélo-palestinien.

Cette crise entre l’Algérie et l’Espagne avait éclaté en mars 2022 lorsque l’Espagne avait choisi de soutenir la position marocaine dans le conflit du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole. La décision de Pedro Sanchez, annoncée depuis Rabat le 18 mars 2022, avait déclenché une série de mesures de représailles de la part des autorités algériennes.

Initialement, l’Algérie avait rappelé son ambassadeur à Madrid dès le lendemain de l’annonce gouvernementale. En juin de la même année, Alger avait gelé le Traité d’amitié, de coopération et de bon voisinage avec l’Espagne, ce qui avait entraîné la suspension des transactions commerciales entre les deux pays. Cette situation avait eu un impact financier considérable sur de nombreuses entreprises espagnoles et algériennes, les pertes se chiffrant en centaines de millions d’euros depuis le début de cette crise diplomatique.

L’Horizon s’éclaircit

Le possible rétablissement des relations diplomatiques entre l’Algérie et l’Espagne ouvre la voie à une reprise des relations commerciales entre les deux pays. Les signes de cette normalisation se manifestent par la reprise des vols d’Air Algérie vers Palma, l’augmentation des liaisons aériennes d’Iberia entre Madrid et Alger, ainsi que le retour du vol Barcelone – Oran de Vueling. Ces indicateurs positifs laissent espérer un retour à la normale des relations entre l’Algérie et l’Espagne.

Le président Abdelmadjid Tebboune a toujours affirmé que l’Algérie n’avait pas de contentieux avec l’Espagne, mais plutôt avec le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez. Il a souligné les bonnes relations existant entre le peuple algérien et la famille royale espagnole.

Selon nos sources, malgré la crise diplomatique, les deux pays ont continué à coopérer étroitement dans le domaine de la sécurité. Les contacts entre Alger et le Palais royal espagnol n’ont pas été rompus, laissant entrevoir une lueur d’espoir dans cette relation complexe. Cette évolution positive entre l’Algérie et l’Espagne pourrait bien marquer un tournant significatif dans la résolution de cette crise, avec des retombées potentiellement bénéfiques pour toute la région.

Article précédentSix Algériens devant la justice française pour trafic de mineurs et de stupéfiants
Article suivantIsraël : Maroc sous pression après les rappels d’ambassadeurs par la Jordanie et le Bahreïn