Louisa Hanoune

«Il faut arrêter d’utiliser la religion comme arme de manipulation», a-t-elle dit. S’exprimant lors d’une réunion des cadres de son parti, Mme Hanoune s’est insurgée contre le souhait du ministère d’émettre une fatwa unifiée comme référence pour les jeunes et les banques, qui accordent des micro-crédits par le biais de l’Ansej (Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes) et la Cnac (Caisse nationale d’allocation chômage). 

«Il n’a qu’a s’occuper de ses prérogatives, car nous avons des soucis plus graves», a-t-elle indiqué. Il y a lieu de rappeler que le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs avait annoncé devant le Conseil de la nation qu’il allait émettre une fatwa sur les micro-crédits, justifiant son initiative par l’existence de divergences sur la «position légale» (au sens de la charia) au sujet des intérêts bancaires.

Mme Hanoune a indiqué que le dispositif de l’Ansej a réglé partiellement le problème du chômage en Algérie. «Même si ce n’est pas une solution finale, mais il reste un procédé qui a ouvert plusieurs postes de travail depuis son lancement», a-t-elle relevé. Abordant, par ailleurs, la santé publique, la même responsable a salué les propos du Premier ministre, Abdelmalek Sellal à l’occasion des assises nationales sur la santé, où il a exprimé la volonté de l’Etat d’être ouvert à toutes les propositions sauf celles portant préjudice au bien-être du citoyen, notamment le droit à la gratuité des soins médicaux.

Lire la suite sur Le Temps d’Algérie