3G_algérie_portable

Les tarifs Internet pratiqués en Algérie, du moins pour ce qui est des connexions de l’opérateur public Algérie Télécom, seront revus à la baisse à partir de l’année prochaine. C’est ce qu’a affirmé, aujourd’hui, la ministre de la Poste et des Technologies de l’information  et de la communication, Imane-Houda Faraoun, lors d’une conférence de presse animée au siège  de son ministère.

«Nous réfléchissons sérieusement à réduire les prix d’Internet graduellement  pour ne pas affecter les investissements futurs d’Algérie Télécom», a-t-elle déclaré. En d’autres termes, la baisse sera graduelle, mais au final les internautes payeront leurs connexions moins chers. Selon elle, «à la fin de la phase des grands investissements d’Algérie Télécom prévue en 2016, les prix d’Internet baisseront et le débit de la connexion augmentera». La ministre a fait indiqué que les prix pratiqués ailleurs, notamment chez nos voisins, sont plus accessibles. L’objectif, d’après elle, est d’arriver à des tarifs similaires. Mais cela ne doit pas se faire au détriment d’AT qui doit consentir beaucoup d’efforts, en terme d’investissement, sur le plan financier. D’où la décision de faire baisser les prix graduellement. «Algérie Télécom investit actuellement dans l’augmentation de ses capacités de stockage, la réduction du coût d’hébergement et l’amélioration de la sécurité de ses installations», a-t-elle encore ajouté.

A noter, par ailleurs, que le ministère des PTIC envisage de surtaxer l’importation du matériel informatique et téléphonique. Selon la Ministre, «une réflexion est menée à propos de l’augmentation des taxes d’importation des smartphones et des PC afin, dit-elle, d’encourager la production nationale.

Elyas Nour

Article précédentÉlevons le niveau ! Par Abdou Semmar
Article suivantQualité de l’éducation primaire/L’Algérie parmi les 25 pays les plus mal notés dans le monde