Tizi-Ouzou : Le Mirage Bleu – La Promesse de Deux Stations de Dessalement pour Lutter Contre la Soif

    0
    Tizi-Ouzou : Le Mirage Bleu - La Promesse de Deux Stations de Dessalement pour Lutter Contre la Soif

    Algérie: Tizi-Ouzou, la perle de la Kabylie, est confrontée à une crise de l’eau qui ne cesse de s’aggraver. La sécheresse sévit, menaçant la vie de milliers de résidents et la stabilité de la région. Mais l’espoir émerge alors que la wilaya se prépare à accueillir non pas une, mais deux stations de dessalement d’eau de mer. Les travaux de la première station viennent de débuter, et avec une capacité de production de 60 000 mètres cubes par jour, elle est sur le point de changer le destin de Tizi-Ouzou.

    C’est lors de la Journée thématique sur les ressources en eau, qui s’est tenue à l’hémicycle Rabah Aissat de l’Assemblée populaire de la wilaya de Tizi-Ouzou (APW), que Djilali Doumi, le wali, a annoncé cette nouvelle prometteuse. Face à une foule attentive, il a révélé que la première station de dessalement était en cours de réalisation dans la commune d’Iflissen, au sein de la Daïra de Tigzirt. Cette étape cruciale marque le début d’un nouveau chapitre dans la quête de Tizi-Ouzou pour garantir un approvisionnement en eau fiable.

    Une lueur d’espoir dans la sécheresse

    La sécheresse qui sévit dans la région a poussé Tizi-Ouzou au bord de la catastrophe. Les communes côtières telles que Tigzirt, Iflissen, Azeffoun et Aït Chafaâ sont particulièrement touchées, surtout pendant les mois d’été. La rareté de l’eau a entraîné des difficultés pour l’irrigation des terres agricoles, l’approvisionnement en eau potable, et a créé une menace constante de stress hydrique pour la population.

    Le réseau hydrographique actuel de Tizi-Ouzou comprend deux grands bassins, notamment le bassin côtier d’Oued Sebaou, ainsi que quatre petits barrages qui sont essentiels pour l’irrigation et l’approvisionnement en eau potable. Cependant, ces infrastructures ne sont plus suffisantes pour répondre aux besoins croissants de la wilaya. Deux nouveaux barrages sont en cours d’achèvement à Souk N’tlata et à Sidi Khalifa, mais l’ampleur de la crise exige des solutions audacieuses et immédiates.

    La première station de dessalement – un premier pas vers la sécurité hydrique

    La première station de dessalement en cours de construction à Iflissen sera une bouée de sauvetage pour Tizi-Ouzou. Avec une capacité de production de 60 000 mètres cubes par jour, elle fournira une source d’eau fiable et abondante pour les communautés locales. Les technologies de pointe utilisées dans le processus de dessalement garantiront la qualité de l’eau potable produite.

    Le wali, Djilali Doumi, a souligné l’importance de cette étape cruciale dans son discours à l’APW. Il a déclaré : « Cette première station de dessalement marque le début de notre engagement à résoudre la crise de l’eau qui sévit depuis trop longtemps dans notre wilaya. Nous sommes déterminés à garantir un approvisionnement en eau sûr et suffisant pour nos citoyens. »

    Une deuxième station de dessalement encore plus ambitieuse à l’horizon

    Mais ce n’est pas tout. Tizi-Ouzou ne se contente pas d’une seule station de dessalement. Le wali a également annoncé que les procédures pour la réalisation d’une deuxième station de dessalement à Azeffoun débuteront dans les prochains mois. Cette nouvelle station sera d’une envergure encore plus grande, avec une capacité de production impressionnante de 300 000 mètres cubes par jour.

    Lorsque cette deuxième station sera opérationnelle, la wilaya sera en mesure de répondre non seulement à ses besoins actuels en eau, mais aussi de faire face à toute future croissance démographique et économique. Cela marquera un tournant historique pour Tizi-Ouzou, mettant fin aux souffrances de la sécheresse et garantissant un avenir prospère pour ses habitants.

    L’impact sur la vie quotidienne

    L’arrivée de ces stations de dessalement aura un impact significatif sur la vie quotidienne des résidents de Tizi-Ouzou. Plus de pénuries d’eau pendant les mois chauds, plus de craintes constantes de rationnement, et plus de pression sur les ressources en eau existantes. Les agriculteurs pourront irriguer leurs terres de manière fiable, les familles auront accès à une eau potable de qualité, et les industries locales pourront prospérer grâce à un approvisionnement en eau stable.

    Les communes côtières, qui étaient autrefois vulnérables à la pénurie d’eau, deviendront des zones de croissance et de développement. Les activités touristiques dans des endroits tels que Tigzirt et Azeffoun bénéficieront également de cette abondance d’eau, contribuant ainsi à renforcer l’économie locale.

    Pour mieux comprendre l’impact de ces stations de dessalement, nous avons interrogé les habitants de Tizi-Ouzou. Ahmed, un agriculteur de Tigzirt, a déclaré : « Cela fait des années que nous luttons avec l’incertitude de l’eau. Le dessalement est une lueur d’espoir pour nous. Enfin, nous pourrons cultiver nos terres sans nous inquiéter de la pénurie d’eau. »

    Le président de l’APW, Fatima Zohra Mazouz, a également exprimé son soutien à cette initiative. Elle a déclaré : « C’est un moment historique pour Tizi-Ouzou. Ces stations de dessalement sont le fruit d’efforts considérables de la part de nos autorités locales. Elles renforceront la stabilité de notre région et amélioreront la vie de nos citoyens. »

    Un nouvel avenir pour Tizi-Ouzou

    Alors que les travaux de la première station de dessalement ont commencé à Iflissen, Tizi-Ouzou se rapproche de la fin de sa longue bataille contre la sécheresse et le stress hydrique. Avec la promesse d’une deuxième station à Azeffoun, l’avenir s’annonce plus brillant que jamais pour cette wilaya. Les résidents peuvent enfin envisager un avenir où l’eau est abondante et fiable, où l’agriculture prospère, et où les communautés côtières se développent. Le dessalement d’eau de mer est bien plus qu’une solution technique, c’est une bouée de sauvetage pour Tizi-Ouzou, offrant une nouvelle chance à cette région extraordinaire de prospérer.

    Article précédentImmigration: L’Espagne à la Croisée des Chemins avec son Besoin Crucial de Travailleurs Étrangers
    Article suivantYoucef Atal : vers un départ inéluctable de la France ? Les révélations choc de Hafid Derradji