Rached Ghannouchi, chef du mouvement islamiste tunisien Ennahdha et président du Parlement gelé s’est dit prêt à démissionner de son poste pour dénouer la situation de crise complexe qui caractérise le pays actuellement. Le patron d’Ennahda a, cependant, exigé que son départ soit suivît par celui de plusieurs autres responsables proches du président  Kaïs Saïed.

Réagissant aux innombrables appels l’invitant à démissionner de son poste de président de l’assemblée tunisienne, Ghannachi a déclaré dans une dans une interview parue dans le quotidien tunisien Assabah ce mardi qu’il n’hésitera pas à le faire si telle est la solution à la crise que traverse la Tunisie actuellement.

Le leader islamiste tunisien s’est, cependant, interrogé sur les changements positifs que son départ provoquera, pour dire, à la fin, que sa démission ne changera rien à la situation.

Lors de cet entretien, Ghannachi s’est également posé la question de savoir pourquoi c’est à lui qu’on demande de démissionner  et pas les autres fonctions régaliennes et de souveraineté.