Tunisie : la présidence fait machine arrière dans sa politique anti-migrants africains

0
Migrants africains

La présidence tunisienne a annoncé dimanche qu’elle abandonnait les mesures prises contre les migrants africains présents sur son territoire, après une vague d’indignation interne et africaine. Cette décision intervient après que le président Kaïs Saied ait déclaré que les migrants étaient les instruments d’un complot visant à modifier la composition démographique de la Tunisie.

Ainsi, de nouvelles mesures ont été prises pour faciliter les procédures au profit des étrangers qui y résident et pour protéger les différentes communautés. La présidence tunisienne a ainsi décidé de délivrer un permis de séjour d’un an pour les étudiants des pays africains frères, afin de faciliter leur séjour en Tunisie et de leur permettre de renouveler périodiquement leurs documents en temps opportun. Le séjour pourra également être prolongé de trois à six mois.

Les autorités tunisiennes ont également décidé de faciliter les départs volontaires pour ceux qui le souhaitent, de manière ordonnée et en coordination préalable avec les ambassades et les missions diplomatiques des pays africains en Tunisie. Les frères africains seront également exonérés du paiement des pénalités de retard imposées aux expatriés ayant dépassé la durée de séjour autorisée, dans le cadre du retour volontaire.

La présidence tunisienne a également annoncé le renforcement de l’encadrement et l’intensification de l’assistance sociale, sanitaire et psychologique au profit des migrants et réfugiés issus de pays africains à travers l’Organisation du Croissant-Rouge tunisien et ses différents partenaires.

Cette décision est une étape importante pour la Tunisie, qui s’était retrouvée sous le feu des critiques de la communauté internationale pour ses mesures contre les migrants africains. Elle montre également que la Tunisie est prête à travailler avec ses partenaires africains pour trouver des solutions durables pour les migrants et les réfugiés.

En fin de compte, la Tunisie a montré qu’elle est un pays ouvert et accueillant, qui respecte les droits de tous les individus, quelle que soit leur origine ou leur nationalité. Cette décision est un pas en avant important dans la construction d’une Tunisie plus juste et plus équitable pour tous.

Article précédentEmirates fête ses dix ans d’activités en Algérie
Article suivantLe Premier ministre malien accuse la France de collusion avec les terroristes au Mali