L’Algérie retient son souffle. Dans les toutes prochaines heures, un nouveau gouvernement sera annoncé. Comme il a été annoncé précédemment par Algérie-Focus, plusieurs ministres devront partir. Plusieurs sources concordantes ont indiqué que ce remaniement ne sera pas comme les autres.

La maladie du Président Bouteflika, l’immobilisme qui paralyse le pays, la prochaine échéance présidentielle, tous ces nouveaux éléments ont amené les décideurs algériens à opérer un véritable « lifting ». Pour calmer la colère d’une rue exigeante et en attente d’un sérieux changement, plusieurs ministres controversés et au bilan médiocre devrait quitter dans les heures à venir le gouvernement. Selon des informations que nous avons pu recouper, il est fort probable que le nouveau gouvernement soit annoncé dans le journal télévisé de 20 H de la télévision publique, l’ENTV. Et à ce moment-là, les algériens découvriront que des ministres naguère inébranlables devront quitter leurs fonctions. Pour l’heure, ces informations sont à prendre avec beaucoup de pincettes en attendant la confirmation officielle à travers l’annonce du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Quoi qu’il en soit,  plusieurs sources confirment que des ministres comme Ziari (Santé), Chérif Rahmani (Industrie), Moussa Benhamadi (Télécoms), Amar Tou (Transport), Rachid Benaissa (agriculture) ou Haraoubia (Enseignement Supérieur) ne feront plus partie du nouveau gouvernement. D’autres ministres conserveront leurs postes, mais changeront de portefeuille ministériel à l’image d’Amar Ghoul ou Amara Benyounés. En revanche, le doute plane toujours sur le sort des ministres « seniors » comme Mourad Medelci et Dahou Ould Kablia. D’ici quelques heures, nous aurons encore davantage d’informations à vous communiquer.