Emmanuel Macron : « Djamila Boupacha a été torturée et violée » par l’armée française

0
Djamila Boupacha

Algérie France: Le président français Emmanuel Macron a exprimé hier, lors d’un hommage à Gisèle Halimi, sa reconnaissance envers l’avocate pour son engagement en faveur des combattants algériens et en particulier pour sa défense de la militante et moudjahida Djamila Boupacha, qui avait été condamnée à mort en 1960.

Le président a souligné que Djamila Boupacha avait été victime d’humiliation, de torture et de viol, et que c’était grâce à l’intervention de Gisèle Halimi qu’elle avait été transférée en France et graciée après les accords d’Evian en 1962.

Ce discours d’Emmanuel Macron fait suite à une série de reconnaissances de la responsabilité de la France dans les crimes commis pendant la guerre d’Algérie. Le président avait précédemment reconnu la responsabilité de l’armée coloniale française dans l’assassinat de l’avocat Ali Boumendjel et dans la disparition du mathématicien et militant de la cause algérienne, Maurice Audin.

Cette série de reconnaissances a été saluée par les dirigeants algériens, qui ont appelé la France à aller plus loin dans la reconnaissance de son passé colonial. Toutefois, certains ont critiqué cette reconnaissance, estimant qu’elle était insuffisante ou tardive.

Cette reconnaissance est importante pour les Algériens, qui ont longtemps demandé justice pour les crimes commis par l’armée coloniale française pendant la guerre d’Algérie. Les tortures, les viols et les exécutions sommaires ont été largement documentés par les historiens, mais la France a longtemps refusé de reconnaître sa responsabilité dans ces crimes.

La reconnaissance de la responsabilité de la France dans ces crimes est également importante pour la France elle-même, qui a longtemps été en proie à un déni de son passé colonial. En reconnaissant ces crimes, la France peut enfin faire face à son histoire et travailler à réparer les torts commis.

Le président Macron a également souligné l’importance de l’engagement de Gisèle Halimi pour la défense des droits des femmes et des minorités. Halimi a défendu de nombreux militants algériens pendant la guerre d’Algérie, ainsi que des femmes accusées de crimes liés à l’avortement.

La reconnaissance de l’engagement de Gisèle Halimi est également importante car elle met en lumière le rôle important des avocats dans la défense des droits de l’homme et dans la lutte contre l’injustice. Les avocats ont joué un rôle crucial pendant la guerre d’Algérie, en défendant les droits des militants algériens et en faisant connaître les crimes commis par l’armée coloniale française.

En fin de compte, la reconnaissance de la responsabilité de la France dans les crimes commis pendant la guerre d’Algérie et l’engagement des avocats comme Gisèle Halimi sont des étapes importantes dans la réconciliation entre la France et l’Algérie. En reconnaissant son passé colonial et en travaillant à réparer les torts commis, la France peut enfin tourner la page sur cette sombre période de son histoire.

Article précédentAir Algérie annule ses vols France-Algérie à cause de la grève des fonctionnaires en France
Article suivantUn forum d’affaires algéro-portugais se tiendra prochainement à Lisbonne