Algérie : Destination Secrète pour les Dirigeants du Hamas ?

0
Algérie : Destination Secrète pour les Dirigeants du Hamas ?

Alors que la bande de Gaza endure des mois de bombardements incessants de l’armée israélienne, la recherche d’une solution au conflit semble plus pressante que jamais. Parmi les acteurs qui tentent de trouver une issue à cette crise, l’Arabie Saoudite a récemment fait surface, soutenant secrètement un plan visant à mettre fin à la violence. Au cœur de ce plan, une proposition intrigante : l’exfiltration des dirigeants du Hamas vers l’Algérie. 

Un Plan de Sortie de Crise Sous-Marin

Le Golfe persique, théâtre d’une région marquée par les conflits et les tensions, se trouve une fois de plus au centre de l’attention internationale. Alors que de nombreuses voix appellent à un cessez-le-feu à Gaza, l’Arabie Saoudite, qui a récemment amorcé des négociations secrètes pour une normalisation des relations avec Israël, cherche à jouer un rôle majeur dans la recherche d’une solution.

Un plan de sortie de crise a ainsi émergé, élaboré en collaboration entre le Gulf Research Center, un think-tank saoudien influent, et une haute responsable française dont l’identité reste confidentielle. Les détails de ce plan ont été divulgués par le journal Le Monde le 20 décembre dernier.

Parmi les propositions de ce plan, l’une a particulièrement retenu l’attention : l’exfiltration des dirigeants « militaires et sécuritaires » du Hamas vers l’Algérie. Cette mention semble viser Mohammed Deif, le commandant des Brigades Ezzedine Al-Qassam, branche armée du Hamas, ainsi que Yahya Sinouar, le chef du Hamas à Gaza.

L’Algérie comme Destination Privilégiée

Le choix de l’Algérie comme destination pour ces dirigeants s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, l’Algérie entretient des relations étroites avec le Qatar et l’Iran, deux pays qui soutiennent ouvertement le Hamas. De plus, le pays possède une « capacité sécuritaire » qui lui permettrait de surveiller les activités potentielles de ces dirigeants, selon Le Monde.

Pourtant, cette n’est pas la première fois que l’Algérie est évoquée comme une possible terre d’accueil pour des dirigeants en fuite. Par le passé, des informations avaient circulé sur une possible retraite en Algérie de l’ancien dirigeant irakien Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe en 1990. De même, Rached Ghannouchi, farouche opposant au président tunisien Zine-al-Abidine Ben Ali, avait trouvé refuge en Algérie.

Les Objectifs de cette Exfiltration

La question qui se pose désormais est de comprendre les motivations qui sous-tendent cette proposition audacieuse. L’Algérie a-t-elle été sollicitée et quelle serait sa réaction face à une telle proposition ? Est-ce une manœuvre ou un véritable ballon sonde ?

L’Algérie est depuis longtemps un fervent défenseur de la cause palestinienne et plaide pour une solution à deux États, incluant le retour aux frontières de 1967 et Jérusalem-Est comme capitale de l’État palestinien. Le pays s’est activement engagé à aider les Palestiniens à surmonter leurs divisions, comme en témoigne la tentative de réconciliation entre factions palestiniennes lors du sommet arabe d’Alger en novembre 2022.

L’Algérie a également ouvert ses portes aux dirigeants politiques palestiniens de diverses tendances au fil des années. Dans cette perspective, il semble peu probable que l’Algérie adhère à une démarche sans une vision globale pour résoudre la question palestinienne au-delà d’un simple cessez-le-feu, aussi urgent soit-il.

L’Algérie Face aux Pressions et aux Interprétations

Si l’Algérie venait à accepter cette proposition, elle serait soumise à des pressions multiples. Cependant, il convient de rappeler que cette initiative n’est pour l’instant qu’un plan élaboré par un think-tank, sans garantie de concrétisation.

L’Algérie, une terre d’accueil des opprimés et des mouvements de libération, a réitéré à maintes reprises ses conditions pour une solution diplomatique au conflit israélo-palestinien : la création d’un État palestinien avec des frontières de 1967 et Jérusalem-Est comme capitale.

En conclusion, l’exfiltration des dirigeants du Hamas vers l’Algérie est une proposition complexe qui soulève de nombreuses questions. Elle témoigne des efforts déployés en coulisses pour mettre fin au conflit à Gaza, mais il reste à voir si cette idée audacieuse se concrétisera un jour. Pour l’instant, une chose est certaine : la volonté de Washington jouera un rôle clé dans l’éventuelle résolution de ce conflit vieux de 75 ans.

Article précédentVente OM: L’Arabie Saoudite Envisage-t-elle de Dompter l’Olympique de Marseille et de Changer la Donne du Football Français ?
Article suivant4 000 Français dans l’Armée Israélienne : La Controverse qui Secoue la France