Algérie: Le nouveau siège de la BEA Bank entraîne un ancien ministre en prison

0
Mohamed Loukal
Advertisement

Algerie: Le juge du pôle économique et financier de Sidi M’hamed a tenté de lever le voile sur le rachat de l’immeuble « Data Center » par la Banque algérienne étrangère, face à l’ancien ministre des Finances, Mohamed Loukal, en sa qualité de le Directeur Général de la Banque Extérieure d’Algérie, en faisant un achat suspect de l’immeuble avec une somme d’argent gonflée qui ne représente pas sa vraie valeur.

Il n’était pas prêt en premier lieu, ce qui a coûté au trésor de la banque près de 9 milliards de centimes, tandis que l’ancien ministre a souligné que l’achat de la propriété était une nécessité urgente, car le siège de la banque sur la place des Martyrs menaçait de s’effondrer à chaque instant, ce qui provoquerait un véritable désastre pour les transactions financières du plus grand complexe pétrolier d’Algérie Sonatrach et de nombreuses institutions et organismes souverains, niant dans l’ensemble et dans le détail les accusations portées contre lui.

Loukal: je n’ai qu’un seul appartement à Paris et je l’ai acheté 360 000 euros

Le juge de la deuxième branche du pôle économique et financier avait ouvert, mercredi, le procès de l’ancien ministre des Finances et de ses proches, en interrogeant les accusés, et en les confrontant aux faits qui résultaient des enquêtes judiciaires et de la rapports de l’Inspection Générale des Finances. Elle est représentée dans l’exploitation de la position, le gaspillage des fonds publics et la conclusion d’un marché en violation des dispositions législatives et réglementaires dans le but d’accorder des privilèges injustifiés à autrui, en plus des accusations d’obtention illégale d’avantages des contrats conclus par les institutions qui étaient en charge de l’acte au moment de la commission de l’acte, ainsi que des accusations d’abus d’influence. Conflit d’intérêts, ainsi que le délit de blanchiment d’argent par transfert, transfert, dissimulation , déguiser, acquérir, détenir ou utiliser des biens dont l’auteur sait qu’ils constituent un produit du crime, lesquels sont les actes prévus et punis par les dispositions des articles 26, alinéas 1er à 26, alinéas 6-29-32-33. -4252-9 de la loi relative à la prévention et à la lutte contre la corruption 06/01 et les articles 389 bis 389 bis 1 du code pénal.

Procureur de la République : Vous possédez deux palais à Saoula, pas une seule villa

Dans ce cadre, la commission de défense a demandé la nullité des poursuites pénales pour obsolescence des faits, à l’exclusion totale de l’expertise de l’Inspection Générale des Finances, ainsi que la requête de la partie civile représentée par le agent judiciaire du trésor public, qui considérait sa constitution comme « nulle », tant que l’ordre professionnel représenté par la Banque algérienne des étrangers ne l’avait pas fait. Il s’est constitué partie civile, après avoir estimé que l’achat d’un nouvel immeuble car la banque n’a pas causé de dommages à sa trésorerie.

Loukal: J’ai passé 46 ans dans la banque

L’ancien ministre des Finances, Mohamed Loukal, a regretté la manière dont les faits de l’affaire ont été tissés, ce qui l’a conduit à être traîné dans une cellule de prison, pour être poursuivi de nombreuses accusations après 46 années pleines passées dans des établissements bancaires, affirmant : « La banque, c’est ma mère » car j’y ai « grandi » et grandi. , exprimant sa fierté du bâtiment « Data Center » de la banque, après avoir assuré au tribunal qu’il bénéficie vraiment des normes internationales.

Juge : Vous êtes poursuivi dans le cadre d’un délit de blanchiment d’argent en transférant, transférant, dissimulant, déguisant, acquérant, possédant ou utilisant des biens en sachant que l’auteur de l’infraction constitue un produit criminel, un abus de pouvoir, un délit de gaspillage de fonds publics et conclusion d’une transaction en violation des dispositions législatives et réglementaires aux fins d’accorder des privilèges injustifiés à autrui, tirer illégalement profit de contrats conclus par des institutions, abus d’influence et conflit d’intérêts… Vous niez ou admettez ?

Loukal : Je nie toutes les accusations portées contre moi, monsieur le président, si vous voulez, je vais vous donner un résumé des faits du dossier.

Juge : S’il vous plaît.

Loukal : J’ai occupé le poste de Président Directeur Général de la Banque Extérieure d’Algérie du 5 mai 2005 au 31 mai 2016, puis Gouverneur de la Banque d’Algérie jusqu’au 31 août 2019, puis j’ai été nommé Ministre des Finances en tant que bien. Ma vie professionnelle s’est déroulée à la Banque Extérieure d’Algérie pendant une période de plus de 46 ans.

L’accusé a ajouté : « Fin 2006, conformément aux recommandations de la Banque centrale, il fallait moderniser les banques publiques et aller vers la numérisation. C’était réparti dans plusieurs endroits, mais le siège qui contenait ces appareils sensibles, qui ont été achetés avec une somme exorbitante, était fragile et sa construction remonte à l’année 1900, et la présence de ces appareils dans un siège aussi inapproprié est menacée par divers risques tels que les inondations, les tremblements de terre, les pannes de courant et l’instabilité du bâtiment de son origine compte tenu de l’emplacement de le construire.

Loukal a poursuivi : « Ces risques, Monsieur le Président, s’ils se réalisent, peuvent amener la banque à cesser de fonctionner en interne et en externe, ce qui constitue une véritable catastrophe car c’est la première banque en Algérie et au Maghreb, et la quatrième banque en Afrique, car elle effectue des opérations financières exclusives pour Sonatrach et les organismes souverains du pays.Et les grandes institutions et la non-conduite des opérations provoqueront un désastre à tous points de vue, et pour éviter tout cela, il fallait penser à placer ces équipements en protection en les assemblant dans un endroit approprié à tous égards, constatant que la question du danger et tous les intérêts de surveillance étaient sensibles à cette situation, et sur cette base La banque a décidé de procéder à des recherches pratiques pour acquérir un nouveau bâtiment.

Juge : Mais l’enquête prouve le contraire, l’idée est-elle venue de vous ?

Loukal : Nous avons acheté des « câbles » dans le puits de Murad Rais, et nous avons également acheté un complexe immobilier, et tout cela a été fait par décision du gouvernement, car ils ont été convertis en propriété publique parce que le gouvernement à l’époque considérait que le banque commerciale et économique avait le potentiel de recourir au marché.

Juge : On suppose que lorsque vous allez au marché, vous recevez plusieurs offres et pas une seule. Avez-vous consulté ou fait une annonce ?

Loukal : Monsieur le président, j’ai travaillé dans la banque pendant 46 ans, nous avons réalisé plus de 10 agences à travers le pays algérien, mais les bâtiments n’avaient pas les conditions pour l’activité appropriée et l’environnement le plus approprié.

Juge : Comment en êtes-vous arrivé à l’inadéquation ?

Lokal : Grâce au suivi technique qui l’a prouvé, le recours à ce bâtiment a été effectué après la visite sur le terrain, car ce dernier est composé de 7 étages, ce qui nous aide dans la stratégie de détermination de l’emplacement du dispositif d’information, et le bâtiment est situé dans une zone sécurisée et préservée situé dans un quartier et il n’y a pas d’influence des facteurs externes et est libre d’habitation.

L’accusé ajoute : « Lorsque les intérêts techniques se sont avérés appropriés, j’ai soumis le dossier au conseil d’administration, qui était composé de 4 représentants et dirigé par un membre du conseil d’administration et un représentant du trésor public. intérêts concernés à le faire.

Juge : Dans l’offre d’achat… c’est le conseil d’administration qui vous l’a demandé ? Qui a commandé cette procédure ?

Loukal : Intérêts en jeu, Monsieur le Président.

Juge : Combien d’expériences avez-vous accomplies ?

Loukal : Le conseil d’administration a accompli deux expériences, la première est une référence réalisée par les propriétés de l’État, qui a l’expérience et la compétence pour déterminer et évaluer, qui a fixé le montant à 102 milliards de centimes, tandis que la seconde a été réalisée par le public compagnie d’assurance « saa » et a également une expérience dans l’évaluation, qui a fixé le montant à 108 Un milliard de cents.

Juge : Combien avez-vous acheté le bâtiment ?

Loukal : A 110 milliards de centimes, car le conseil d’administration a pris le montant le plus bas, car le vendeur a stipulé 140 milliards de centimes, une offre que la banque a rejetée.

Juge : Connaissez-vous le propriétaire de l’immeuble ?

Loukal : Non, par Dieu, je ne le connais pas, Monsieur le Président.

Juge : L’enquête a confirmé que vous avez demandé l’achat de la propriété sans recourir à la transaction publique prévue par la loi ?

Loukal : Nous sommes une institution économique publique, non concernée par le droit des marchés publics dans l’achat de siège social, et le processus a été parrainé de son début à sa fin par la plus haute instance qui jouit de la « gouvernance » dans la banque, qui est la Conseil d’administration, et c’était une question nécessaire et inévitable, et compte tenu de la nature de l’équipement pour le système d’information de Difficile de recourir au cahier des charges approprié.

L’accusé poursuit ses déclarations en disant : « Monsieur le président, la Banque étrangère algérienne allait ouvrir des succursales en Europe. C’était et c’est toujours une banque souveraine. Quand vous demandez des appareils sensibles coûteux, nous avons pu les acquérir, donc comment ne pas fournir un bâtiment décent ? Votre Honneur, j’ai la conscience tranquille, 46 ans dans la banque, la banque c’est ma mère, j’ai travaillé efficacement et honnêtement, et je n’ai jamais été contre les intérêts de la banque. en tant que personne et non en tant que fonctionnaire, et aujourd’hui je suis très fier, quand je passe par la région d’Hydra, je vois que la banque a fait un saut quantique Un développement remarquable et je suis rassuré que les travailleurs et les intérêts de l’Algérie sont en sécurité. A ce titre, nous devons être fiers de la Data Center Bank, qui bénéficie des standards internationaux.

Juge : Quelle est la valeur de l’argent dépensé ?

Loukal : 8 millions de dinars, une somme dépensée en assurances et matériel de bureau.

Juge : Le dossier d’enquête préliminaire a confirmé que le montant de l’achat était trop gonflé, la police judiciaire a confirmé qu’il était de 43 milliards de dinars, et la police judiciaire a confirmé qu’il était de 30 milliards de dinars ?

Loukal : Nous nous sommes appuyés sur l’expérience de la propriété de l’État.

Juge : Qu’en est-il de l’expérience de l’Inspection Générale des Finances ?

Loukal : Monsieur le Président, l’Inspection Générale des Finances, « ils n’ont aucune expérience ».

Juge : L’enquête préliminaire a prouvé qu’il y avait un accord préalable entre vous et le vendeur ?

Loukal : Par Dieu Tout-Puissant, c’est un mensonge et une calomnie. Il n’y a pas d’accord préalable entre nous, et je ne sais pas pourquoi ils sont restés silencieux pendant 8 ans pour déplacer le dossier maintenant sur la base d’une plainte inconnue.

Juge : Quels biens détenez-vous à l’étranger ?

Loukal : J’ai des comptes bancaires et je les ai déclarés. Concernant l’immobilier, je ne possède qu’un seul appartement à Paris, et je l’ai acheté après 15 ans d’activité non-stop en tant que représentant de la Banque Algérienne Etrangère et des conseils d’administration des actions et des banques pour 360 mille euros.

Juge : Quelle est la source de cet argent ?

Loukal : C’est mon propre argent de mon activité depuis 1995. J’ai acheté un appartement à Paris après avoir détesté déménager entre les hôtels pendant mon service.

Juge : Qu’en est-il de vos biens immobiliers en Algérie ?

Loukal : Je possède une maison familiale située à Ouled Belhadj, Saoula, et c’est par héritage de mon père, et elle appartient à ma mère et ma sœur, et c’est la même maison dans laquelle nous vivons tous maintenant. appartement à El Biar Il appartient à la famille, et ceci afin de terminer les travaux de construction de la dotation, la résidence actuelle pour moi et la famille.

L’accusé a poursuivi ses déclarations : « Monsieur le Président, ils n’ont trouvé en ma possession ni voiture personnelle, ni argent, ni plaques d’or… Après 46 ans de travail, c’est tout ce que j’ai. »

Entre-temps, le procureur de la République intervient et interroge Mohamed Loukal.

Procureur de la République : Nous partons de là où les questions du tribunal se sont terminées.. D’après vos déclarations, vous êtes propriétaire d’une résidence familiale dans la région de Saoula, en quoi consiste-t-elle ?

Local : C’est une villa.

Procureur de la République : Non, ce sont deux villas semblables aux palais « Shatou ». Me référant à vos déclarations concernant l’achat par la Banque étrangère algérienne d’un siège à Hydra, j’ai déclaré que le siège qui se trouvait sur la place des Martyrs est fragile, non sécurisé et sujet aux tremblements de terre et aux inondations. Lorsqu’un bus passe, le bâtiment bouge. y at-il une expérience technique pour le prouver? Où avez-vous trouvé l’annonce à vendre en tant que directeur général ?

Local : Près d’Alger Hôtel « Anciennement Saint George ».

Procureur de la République : Y a-t-il un délibéré ?

Loukal : Il y avait un besoin urgent et urgent.

Procureur de la République : Il y a un rapport technique confirmant que le siège de la Place des Martyrs n’est pas adapté ?

Loukal : Oui, il y a des rapports périodiques.

Procureur de la République : L’action que vous avez entreprise profite-t-elle à la banque ?

Local : bien sûr, il profite à la banque car il stocke toutes les informations sur la banque.

Le représentant de la République : Le vendeur, a déclaré dans ses déclarations que « p. M. « Qui a été le médiateur pour l’achat de l’immeuble ?

Loukal : Non, jamais, Monsieur le Président. Je nie cela car je ne connais vraiment pas le vendeur et je n’ai aucune relation avec lui, que ce soit de loin ou de près.

Accusé : Nous n’avons pas de chamelle ni de phrases sur les faits de la situation

Les prévenus suivis dans le dossier de l’ancien ministre des Finances, Mohamed Loukal, ont nié les accusations portées contre eux en tout et en détail. M., qui a été suivi dans le dossier sur la base d’un intermédiaire dans le processus d’achat et de vente de l’immeuble Haidara, qu’il ne connaît pas parfaitement l’accusé, Mohamed Loukal, et n’a aucun lien avec lui, et que ce que a déclaré dans les procès-verbaux de la saisie judiciaire est infondé, soulignant qu' »un complot a été ourdi contre lui. » .

Article précédentFrance: La commission Macron est un stratagème pour dissimuler les crimes du colonialisme
Article suivantEducation: Un million de livres d’anglais sont prêts pour les élèves du primaire