Algérie : les députés réclament une augmentation de l’allocation touristique à 1500 euros pour couvrir les dépenses à l’étranger

    0
    augmentation de l'allocation touristique

    Les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont soulevé la question de l’allocation touristique en Algérie au cours des derniers jours. Ils ont demandé que la valeur de cette allocation soit augmentée à 1500 euros, une promesse faite par le président de la République avant même son élection.

    Cette question est d’autant plus importante que les citoyens algériens ont droit à une allocation touristique d’une valeur d’environ 100 euros, ce qui ne suffit pas toujours à couvrir les dépenses de base dans certains pays européens.

    Comparé aux pays voisins du Maghreb, l’Algérie est très en retard en termes d’allocation touristique. En Tunisie, elle est d’environ 1800 euros, tandis qu’au Maroc, elle était de 4500 euros jusqu’en 2022, date de l’adoption d’un nouveau régime prévoyant des cumuls pouvant aller jusqu’à 100.000 dirhams.

    Les membres de la commission des finances de l’APN ont discuté de cette question avec des responsables du secteur des finances pour proposer l’augmentation de l’allocation touristique.

    Ils ont également souligné que cette demande nécessite une analyse minutieuse pour fixer un montant conforme à celui des pays économiquement comparables à l’Algérie. Cette demande sera réitérée lors de leur rencontre avec le gouverneur de la Banque d’Algérie.

    Il est important de noter que les voyageurs algériens sont actuellement obligés d’acheter des devises sur le marché parallèle en Algérie ou auprès de connaissances à l’étranger pour couvrir leurs frais à l’étranger. Cette pratique entraîne une énorme différence de prix par rapport au taux de change officiel.

    En somme, l’Algérie est actuellement en pleine réflexion sur l’allocation touristique pour ses citoyens voyageant à l’étranger. Les députés de l’APN ont demandé une augmentation de cette allocation à 1500 euros pour couvrir les dépenses de base de leurs citoyens en voyage à l’étranger. Cette demande nécessite une analyse minutieuse pour fixer un montant conforme à celui des pays économiquement comparables à l’Algérie.

    Article précédentLe groupe BRICS envisage l’expansion avec des demandes d’adhésion de l’Arabie saoudite et de l’Iran
    Article suivantLa France parmi les pays les plus stricts en matière de visas Schengen pour les Algériens