Les réfugiés

Certains d’entre eux s’adonnent au trafic de drogue et ont des liens étroits avec des organisations terroristes.

Désormais, considérée comme un véritable problème de sécurité pour l’Algérie, la prise en charge des réfugiés connaîtra de nouvelles mesures, lesquelles ont été accommodées par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.

Ces mesures ont été ordonnancées suite à l’exploitation d’un certain nombre de renseignements recoupés et vérifiés selon lesquels des réfugiés venant de la Syrie, la Libye et de la région subsaharienne s’adonnent à des activités illicites, comme l’immigration clandestine, mais notamment à des activités subversives qui versent dans le terrorisme et le trafic de la monnaie.

Comme d’ailleurs rapporté par L’Expression dans plusieurs publications, des réfugiés syriens s’avèrent entretenir des liens avec les organisations terroristes à l’image de l’Armée syrienne libre composée essentiellement de déserteurs, Djabhat Al Nosra et l’Etat Islamique plus connu sous le nom de Daesh. Les mêmes renseignements ont également permis de démasquer l’implication de certains réfugiés libyens dans des activités terroristes. Concernant les ressortissants subsahariens, les renseignements en possession des services de sécurité dévoilent leur inculpation dans l’immigration clandestine mais aussi le trafic des billets de banque et la contrebande.

Lire la suite sur L’Expression

Originally posted 2014-09-09 09:47:41.