Aéroport Alger

Suite à la pandémie de Corona, qui a provoqué la fermeture de l’espace aérien algérien, et la suspension du trafic aérien, l’Algérie a annoncé l’ouverture progressive de son espace aérien et l’organisation de vols vers et depuis l’Algérie, vers certains pays.

Outre, Air Algérie qui s’est taillé la part du lion dans le nombre de vols qu’elle opère, les autorités algériennes  ont autorisé certaines compagnies aériennes à organiser des vols au départ et à destination de l’Algérie.

A cet égard, le site spécialisé « Algérien Communauté » a révélé que les autorités algériennes refusaient d’accepter les demandes de British et de Qatar Airways visant à leur permettre d’organiser des vols à destination et en provenance d’Algérie.

La même source a confirmé que l’Algérie a refusé de délivrer des autorisations d’organiser des voyages internationaux pour les deux compagnies, malgré le respect de toutes les conditions imposées par les autorités algériennes aux institutions de transport étrangères.

Il est à noter que la France s’est taillée la part du lion en termes de nombre de vols vers et depuis l’Algérie, ainsi que les vols entre l’Algérie et la Turquie, la Tunisie, l’Espagne, l’Italie et d’autres pays.

De son côté, Air Algérie souffre d’importants problèmes financiers, l’avenir de la compagnie nationale étant menacé, du fait des lourdes charges supportées par la compagnie, devenues irréductibles, telles que la masse des salaires, l’entretien des avions et les dépenses en dur monnaie à l’étranger, en plus de la récession mondiale de l’activité du transport aérien.

Il est à noter que le ministre des Transports, Issa Bakay, a appelé les responsables de la compagnie à redoubler d’efforts pour augmenter les performances du transporteur aérien , et améliorer les services rendus à ses clients à travers la modernisation et la numérisation de ses structures.