Connaissez-vous les 9 hommes les plus riches d’Algérie ?

    0
    9 hommes les plus riches d'Algérie

    L’Algérie compte parmi ses citoyens une poignée de milliardaires dont la richesse ne cesse de croître année après année. Ces hommes, pour la plupart à la tête de groupes industriels puissants, possèdent des fortunes colossales qui leur permettent de jouer un rôle crucial dans l’économie et la politique du pays.

    Leur influence sur la vie économique et politique de l’Algérie est indéniable, ce qui leur confère un pouvoir sans précédent. Certains d’entre eux sont connus du grand public algérien, tandis que d’autres préfèrent rester dans l’ombre.

    Mais qui sont ces hommes les plus riches d’Algérie ? Leur sélection est subjective, mais repose sur des critères objectifs tels que la taille et le chiffre d’affaires de leurs entreprises, leur influence politique et économique, ainsi que leur fortune personnelle.

    Parmi ces hommes figurent des personnalités telles que Issad Rebrab, propriétaire de Cevital, le plus grand conglomérat privé d’Algérie, ou encore Ali Haddad, président du FCE, le plus grand patronat du pays. D’autres milliardaires algériens tels que Abderrahmane Benhamadi, Hacène Kebbouche, ou encore Mahieddine Tahkout sont également présents dans cette liste.

    Bien que cette sélection puisse être contestée, elle témoigne de la concentration du pouvoir économique et politique entre les mains d’une poignée d’hommes en Algérie. Les fortunes de ces milliardaires ne cessent de s’accroître, au détriment d’une grande partie de la population algérienne qui peine à sortir de la pauvreté et de la précarité.

    1 – Isaad Rebrab  : 

    Rebrab, l’homme le plus riche d’Algérie, est également le premier Algérien à figurer dans le célèbre classement Forbes des milliardaires africains. Avec une fortune estimée à 3,2 milliards de dollars, le fondateur et patron historique du groupe Cevital est un exemple de réussite pour de nombreux Algériens.

    Pourtant, malgré ses relations difficiles avec le régime algérien et le clan présidentiel, sa fortune n’a pas diminué. Mais plusieurs de ses projets en Algérie ont été bloqués, notamment la construction d’un port à Cap Djinet, à l’est de Boumerdès.

    Cela n’a pas découragé Rebrab, qui a choisi de se lancer à la conquête des marchés internationaux. Il a ainsi étendu ses activités en Afrique subsaharienne, mais également en France.

    Le parcours de Rebrab, qui fut autrefois un simple enseignant de comptabilité, est aujourd’hui donné comme un exemple de réussite pour de nombreux entrepreneurs algériens. Sa réussite témoigne de la capacité de l’Algérie à produire des entrepreneurs de talent, capables de rivaliser avec les plus grands groupes internationaux.

    Si les relations entre le gouvernement algérien et Rebrab restent tendues, le patron de Cevital continue d’investir dans son pays d’origine, convaincu que l’Algérie a un immense potentiel économique. Il espère que les obstacles qui entravent actuellement le développement de son groupe seront bientôt levés, permettant à Cevital de jouer pleinement son rôle de locomotive de l’économie algérienne.

    2- Ali Haddad :

    Le milliardaire algérien Ali Haddad est l’entrepreneur le plus en vue en Algérie actuellement. Sa société, ETRHB Haddad, est présente sur presque tous les projets d’infrastructure majeurs en Algérie, de l’autoroute est-ouest au nouveau stade de Tizi-Ouzou. Avec 49 ans, il est également actif dans d’autres secteurs, y compris le football, la télévision et les journaux.

    Cependant, Ali Haddad est surtout connu pour sa proximité avec les dirigeants algériens, notamment Saïd Bouteflika, le frère et conseiller du président Abdelaziz Bouteflika. Cette relation a permis à Haddad de devenir le milliardaire le plus puissant en Algérie. Malgré son influence, il garde sa fortune personnelle discrète, mais on estime qu’elle dépasse les 400 millions d’euros.

    Alors que Haddad continue de prospérer en Algérie, il regarde également au-delà des frontières du pays. Des sources concordantes indiquent qu’il envisage d’acquérir des entreprises en France. Une telle acquisition marquerait un tournant dans la carrière de Haddad, et renforcerait son influence à l’international.

    Bien que Ali Haddad soit un personnage controversé en Algérie en raison de ses relations étroites avec le pouvoir politique, il demeure l’un des entrepreneurs les plus influents et les plus riches du pays. Les Algériens continuent de suivre de près son parcours, car il continue à dominer les secteurs clés de l’économie algérienne.

    3  – Djilali Mehri : 

    En Algérie, il fut longtemps l’homme le plus riche du pays. Mais aujourd’hui, à 75 ans, son profil est plutôt effacé. Connu pour avoir délocalisé une partie de sa fortune à l’étranger et multiplié ses investissements internationaux, l’homme d’affaires algérien est aujourd’hui sur le qui-vive. La situation politique instable du pays ne lui procure aucune assurance, et certains de ses projets ont été suspendus.

    Cet homme est propriétaire du groupe GIMMO (Groupe d’investisseurs du Maghreb et du Moyen-Orient), qui est présent dans des pays répartis sur tous les continents. En France, il possède une luxueuse résidence au domaine du Pré-Bois, dans les Yvelines, et dans sa région natale, Oued Souf, sa résidence Dar Daouia est un véritable palais des Mille et Nuits bâti au milieu des dunes du désert. Sa fortune personnelle dépasserait vraisemblablement les 600 millions d’euros.

    Bien que plutôt discret ces derniers temps, il demeure le propriétaire de Pepsi Cola Algérie et, en partenariat avec le groupe français Accor, il a ouvert plusieurs hôtels Ibis et Novotel à travers le pays. Cependant, son projet de lancement d’une chaîne de télévision maghrébine consacrée à l’économie, la culture et le tourisme a été suspendu, probablement en raison de la situation politique du pays.

    Alors que cet homme d’affaires a décidé de se protéger en délocalisant une partie de sa fortune à l’étranger, ses investissements à l’international ont été multipliés. Ainsi, il est aujourd’hui présent dans plusieurs pays à travers le monde, et sa fortune personnelle est toujours estimée à plusieurs centaines de millions d’euros.

    4 – Karim Kouninef :  

    Karim Kouninef, héritier d’une famille d’affaires bien connue en Algérie, est à la tête de l’un des plus importants groupes privés du pays, Heavy Construction Company. Âgé de 44 ans, il est déjà un milliardaire influent. Il a suivi un cursus en Suisse au début des années 90 avant de revenir en Algérie pour entamer sa carrière d’homme d’affaires redoutable. Son groupe familial, KOUGC, a acquis en 2007 l’unité algéroise de l’Entreprise nationale des corps gras, qui fabrique les huiles ménagères. Depuis, Kouninef est devenue une marque associée à la richesse et à la réussite en Algérie.

    La famille Kouninef a également connu de grands succès dans le business, notamment en 1990, lorsque l’une de ses filiales a été la première entreprise privée algérienne à effectuer des forages pétroliers pour la multinationale Mobil. Le groupe de Karim Kouninef est maintenant présent dans presque tous les secteurs de l’agroalimentaire, de l’hydraulique et même de la fibre optique.

    Sa fortune personnelle et celle de sa famille sont estimées à au moins 300 millions d’euros. Karim Kouninef a géré au cours des années 90 une entreprise qui exportait du café du Cameroun avant de devenir un redoutable homme d’affaires. Il est revenu plus tard en Algérie pour développer l’entreprise familiale et réussir dans presque tous les secteurs. Aujourd’hui, son groupe est l’un des plus importants du pays et Karim Kouninef est considéré comme un acteur majeur du monde des affaires en Algérie.

    5 – Mohamed Laïd Benamor :

    Mohamed Laïd Benamor est devenu une figure importante dans le milieu des affaires en Algérie. PDG du célèbre groupe Benamor, il a su mener son entreprise vers le succès. En effet, le chiffre d’affaires du groupe est passé de 27 millions à plus de 180 millions d’euros en dix ans, grâce à des investissements bien gérés dans la production de semoule, de pâtes, de harissa, de conserves de tomates, de fruits et de sauces.

    Le groupe Benamor est aujourd’hui l’un des groupes privés les plus dynamiques en Algérie, et ce succès est également dû à la reprise des installations du complexe agroalimentaire Eriad de Corso, à Boumerdès. La marque Benamor est aujourd’hui très populaire en Algérie, et la famille Benamor est devenue très influente dans les milieux d’affaires du pays.

    La carrière de Mohamed Laïd Benamor a récemment pris une nouvelle tournure, avec son élection à la tête de la Chambre de commerce et d’industrie algérienne (CACI). Cela a renforcé son influence auprès des décideurs politiques et il est devenu une figure de plus en plus importante sur la scène publique. Sa fortune familiale et personnelle est estimée à au moins 180 millions d’euros.

    Le groupe Benamor continue à prospérer, et les projets de Mohamed Laïd Benamor sont ambitieux. Il a clairement suivi les traces de son père, fondateur du groupe Benamor, en faisant de son entreprise l’une des plus dynamiques en Algérie. La réussite de Mohamed Laïd Benamor prouve que le secteur privé en Algérie peut être performant et prospère.

    6 – Abdelmadjid Kerrar : 

    Abdelmadjid Kerrar, un homme discret mais puissant, est une véritable icône de réussite en Algérie. Tout a commencé pour lui en 1992 lorsqu’il fonde Biopharm. En quelques années, cette entreprise devient un fleuron de l’industrie pharmaceutique algérienne. En 2013, trois groupes financiers internationaux prennent 49% du capital de ce premier laboratoire algérien, Biopharm dont le chiffre d’affaires avait dépassé les 200 millions d’euros.

    Le montant de la transaction n’a jamais été révélé, mais il est indéniable que Abdelmadjid Kerrar a reçu une somme considérable. Aujourd’hui, il a investi dans le commerce international, principalement en Asie, où il a créé de solides partenariats commerciaux. Sa fortune personnelle est estimée à au moins 150 millions d’euros.

    Malgré sa discrétion, Abdelmadjid Kerrar a su faire sa place dans le monde des affaires en Algérie et est devenu une figure incontournable de l’industrie pharmaceutique dans le pays. Sa réussite est un exemple pour les jeunes entrepreneurs qui cherchent à se faire un nom dans le monde des affaires en Algérie.

    7  – Mahieddine Tahkout : 

    C’est un nom que tous les Algériens connaissent bien, un homme d’affaires controversé mais dont le succès dans le domaine du transport est indéniable. Il s’agit de Amar Ghoul, le PDG de la société de transport ETUSA, qui possède le plus grand parc de bus en Algérie, avec environ 3500 véhicules.

    Son entreprise est connue pour transporter quotidiennement des milliers d’étudiants dans tout le pays, mais selon plusieurs sources, il est également actionnaire dans la compagnie aérienne française Air méditerranée et est présent dans la concession automobile Cima Motors aux côtés de son frère.

    Amar Ghoul ne se contente pas de ses succès actuels et compte diversifier ses investissements dans un avenir proche. Malgré les controverses qui l’entourent, sa fortune personnelle est estimée à plus de 120 millions d’euros.

    Cet homme d’affaires est un exemple du dynamisme économique qui caractérise l’Algérie aujourd’hui. Avec des investissements bien gérés et une vision entrepreneuriale forte, il a réussi à se hisser au sommet de l’industrie du transport en Algérie.

    8- Abderrahmane Benhamadi : 

    Abderrahmane Benhamadi, PDG du groupe Condor, est devenu une figure emblématique du marché de l’électroménager en Algérie. Il est à la tête de l’une des entreprises les plus prospères du pays et a réussi à faire face aux importateurs en développant avec succès la fabrication et le montage de matériel électroménager. Aujourd’hui, il s’attaque à de nouveaux marchés, notamment celui des smartphones et tablettes.

    Avec un groupe qui emploie plus de 4 600 personnes, Abderrahmane est l’un des hommes d’affaires les plus influents d’Algérie. Sa dernière initiative est d’investir dans le marché de l’énergie solaire. Son groupe est en train de développer des solutions pour répondre à la demande croissante d’énergie verte en Algérie.

    Abderrahmane est le PDG de la société familiale Benhamadi et il a réussi à élever le groupe Condor au rang de leader du marché électroménager algérien. Sa fortune personnelle et familiale est estimée à plus de 100 millions d’euros, ce qui le place parmi les milliardaires les plus riches d’Algérie.

    Son succès dans le marché électroménager algérien est dû à sa capacité à répondre aux besoins du marché en offrant des produits de qualité à des prix compétitifs. Les Algériens apprécient ses produits fabriqués localement, car ils sont moins chers que les produits importés. Avec cette réussite, Abderrahmane est devenu un modèle pour les jeunes entrepreneurs en Algérie.

    Dans un contexte économique difficile, les initiatives d’Abderrahmane sont des exemples concrets de réussite dans l’industrie. Son investissement dans le marché de l’énergie solaire est une réponse à la demande croissante d’énergie verte en Algérie. Cet homme d’affaires est un exemple pour les jeunes Algériens qui cherchent à réussir dans l’industrie en Algérie.

     9 –  Abdelouahab Rahim : 

    Le PDG d’Arcofina, Mohamed Bahaa Edine Tliba, fait partie des hommes les plus riches d’Algérie à l’âge de 61 ans. Malgré les difficultés rencontrées lors du lancement de son projet d’Alger Medina, son groupe est très solide financièrement. L’homme d’affaires, propriétaire de l’hôtel Hilton, avait pour ambition de remodeler la capitale algérienne. Il a ainsi lancé un emprunt obligataire pour mobiliser 2,5 milliards de dollars. Malheureusement, l’opération n’a pas été un succès.

    Cependant, Mohamed Bahaa Edine Tliba poursuit son chemin avec succès et revient au devant de la scène avec l’ouverture d’Ardis, un immense centre commercial très prisé par les Algérois. Sa fortune personnelle se chiffre à des dizaines de millions d’euros.

    Le parcours de l’homme d’affaires est ponctué de hauts et de bas. En 2018, il a été placé sous contrôle judiciaire dans une affaire de trafic d’influence, avant d’être libéré quelques mois plus tard. Il a cependant décidé de poursuivre ses activités, notamment en se lançant dans la construction de logements et en investissant dans les énergies renouvelables.

    Bien que controversé, Mohamed Bahaa Edine Tliba reste un acteur majeur de l’économie algérienne, avec des projets ambitieux pour l’avenir. Son histoire illustre la complexité du monde des affaires en Algérie et la persévérance nécessaire pour réussir dans un environnement économique difficile.

    Article précédentDes médecins tirent la sonnette d’alarme / des enfants atteints de cancer traités avec médicaments périmés
    Article suivantExclusif. Ambitions présidentielles de Belkhadem : les dessous de la crise au FLN