Ben Bahmad

Algérie :Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Ben Bahmad, est revenu pour parler de certains des abus dont a été témoin le secteur de l’industrie pharmaceutique au cours des vingt dernières années, et a souligné que le secteur souffrait d’un état de chaos complet.

Ben Bahmad a souligné que les multinationales ont profité de la situation pour embaucher des lobbies et gonfler les factures, ainsi que pour appliquer des prix élevés pour les médicaments par rapport à ceux avec lesquels ils travaillaient avec les pays voisins, selon ce que rapporte le site Internet Al-Nahar.

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique a révélé que les autorités algériennes sont déterminées à établir de nouvelles règles de généralisation de la transparence, afin de défendre leurs intérêts selon un principe gagnant-gagnant en traitant de la même manière avec tous les partenaires.

Ben Bahmad avait confirmé dans une précédente déclaration au site « Disad News », que le laboratoire « Novo Nordisk », spécialisé dans l’approvisionnement en insuline et l’industrie pharmaceutique, avait obtenu un programme d’importation de 3 millions d’unités d’insuline, vers le surprise de l’Algérie en s’en procurant de petites quantités par mois, ce qui a provoqué en créant une pression au niveau des pharmacies et de l’anxiété aussi bien chez les patients que chez les médecins.

De son côté, le ministère de l’Industrie pharmaceutique a énuméré les infractions commises par les laboratoires « Nofordex » depuis 2001, notamment en ce qui concerne le non-respect de ses obligations liées à la production d’insuline en Algérie.

Elle a expliqué que la Direction du contrôle et de la vigilance stratégique a envoyé de multiples convocations à la Direction technique de Novo Nordisk, lui demandant de déposer des programmes d’importation en 2021 et de les mettre en œuvre en 2022, afin d’assurer l’approvisionnement du marché.

La tutelle a indiqué que l’Observatoire national de l’approvisionnement en produits pharmaceutiques a publié plusieurs dossiers, sur fond de monopole et de tension constante surveillée par les acteurs du marché .

Il est à noter que le même ministère s’est engagé à prendre toutes les mesures et moyens prévus par la législation algérienne à l’encontre de toute personne physique ou morale qui pourrait user de diffamation, d’injure ou de pression d’une manière contraire aux intérêts de l’économie nationale et à la préservation de la santé. des Algériens.

Cependant, aucune mesure n’a encore été prise à cet égard.

Article précédentL’Algérie signe un important accord stratégique avec la Russie
Article suivantLe Figaro : Le gazoduc Nigeria-Maroc est un rêve lointain