CAN 2023 : Djamel Belmadi, le Sélectionneur le Mieux Payé de la Compétition

    0
    CAN 2023 : Djamel Belmadi, le Sélectionneur le Mieux Payé de la Compétition

    Algerie Foot: À moins de 50 jours du coup d’envoi tant attendu de la Coupe d’Afrique des Nations 2023 en Côte d’Ivoire, les projecteurs sont braqués sur les favoris de cette compétition prestigieuse. Pourtant, derrière les joueurs de renom et les équipes talentueuses, se cache une autre bataille en coulisse : celle des salaires des sélectionneurs nationaux.

    Un site sénégalais, « SENE.NEWS, » a récemment révélé les salaires des entraîneurs des équipes africaines. Et la surprise est de taille : c’est Djamel Belmadi, le sélectionneur de l’équipe d’Algérie, qui occupe la première place en tant que sélectionneur le mieux payé de la CAN 2023. Décortiquons ces chiffres et découvrons les autres entraîneurs qui se distinguent dans ce classement.

    Djamel Belmadi : Le Numéro Un

    Selon les informations dévoilées par « SENE.NEWS, » Djamel Belmadi trône au sommet de la hiérarchie des salaires des entraîneurs de la CAN 2023. Avec un revenu mensuel de 208 000 euros, soit environ 4 milliards de centimes algériens, le sélectionneur de l’Algérie peut se targuer d’être le mieux payé de la compétition. Un chiffre qui éclipse tous ses prédécesseurs et place la barre très haut.

    Ce salaire exorbitant souligne non seulement la confiance que la fédération algérienne de football place en Belmadi mais met également en lumière l’importance du poste de sélectionneur national dans le monde du football contemporain.

    Les Autres Sélectionneurs Bien Rémunérés

    Bien que Djamel Belmadi soit en tête de ce classement, il n’est pas le seul à bénéficier d’un salaire substantiel. À la deuxième place, nous trouvons Rui Victoria, le sélectionneur égyptien, avec un salaire mensuel de 200 000 euros, soit tout près de Belmadi.

    Sur la troisième marche du podium, c’est Jean-Luis Gasset, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire, avec un salaire de 108 000 euros par mois.

    Walid Regragui, qui a mené brillamment les Lions de l’Atlas marocains en demi-finale de la Coupe du Monde 2022 au Qatar, occupe la cinquième place avec un salaire mensuel de 60 000 euros.

    Aliou Cissé, l’entraîneur du Sénégal, se hisse à la septième place avec un salaire de 46 000 euros, à égalité avec Chris Hughton du Ghana.

    Enfin, Rigobert Song du Cameroun occupe la neuvième place avec un revenu mensuel de 29 000 euros.

    À l’autre extrémité du classement, Jalel Kadri de la Tunisie perçoit le salaire le plus bas parmi les entraîneurs de la CAN 2023, avec 11 000 euros par mois.

    La Concurrence Fait Rage

    La révélation de ces salaires met en lumière une réalité parfois méconnue du football africain : la concurrence pour attirer et retenir les meilleurs entraîneurs est féroce. Les fédérations nationales n’hésitent pas à mettre la main au portefeuille pour garantir l’excellence sur le terrain.

    La compétition pour décrocher le titre de la CAN 2023 s’annonce donc non seulement sur les terrains de jeu, mais aussi dans les coulisses. Les supporters auront le privilège d’assister à des duels tactiques acharnés entre des entraîneurs de haut calibre, bien rémunérés pour mener leurs équipes à la victoire.

    La CAN 2023 promet donc d’être une édition exceptionnelle, avec des enjeux à tous les niveaux, que ce soit sur le terrain ou dans la gestion des équipes. Djamel Belmadi, en tant que sélectionneur le mieux payé, portera sur ses épaules les attentes et les espoirs de tout un pays. La pression est à son comble, mais c’est aussi ce qui rend ce tournoi si captivant pour les amateurs de football du continent africain et du monde entier.

    La révélation des salaires des sélectionneurs de la CAN 2023 révèle l’importance et la compétitivité croissantes du rôle d’entraîneur national dans le football africain. Djamel Belmadi, en tant que leader du classement, incarne cette réalité et portera la responsabilité de guider l’Algérie vers le succès.

    Le football n’est pas seulement un spectacle sur le terrain, mais également en coulisses, où des tacticiens talentueux rivalisent pour la gloire continentale. La CAN 2023 s’annonce donc comme une compétition de haut niveau, avec des enjeux financiers et sportifs considérables.

    Les supporters ont hâte de voir si Djamel Belmadi, avec son salaire record, pourra mener l’équipe d’Algérie à la victoire, ou si un autre entraîneur rémunéré à la hauteur de ses compétences saura tirer son épingle du jeu. La réponse ne se fera pas attendre, et les fans de football retiennent leur souffle en attendant le coup d’envoi de cette compétition passionnante.

    Article précédentLe Triomphe du Cinéma Algérien : « L’Olivier Sauvage » Récompensé à Toulouse
    Article suivantImmigration en Europe : Vers une Facilitation de l’Obtention du Statut de Résident de Longue Durée