Chaos en vue : Le Gouvernement Fédéral Belge Laisse Bpost pour PPP dans la Distribution des Journaux

0
Chaos en vue : Le Gouvernement Fédéral Belge Laisse Bpost pour PPP dans la Distribution des Journaux

Belgique: Dans une décision qui secoue le monde de la presse belge, le gouvernement fédéral a annoncé un changement majeur dans la distribution des journaux. Après des années de partenariat avec Bpost, l’opérateur postal historique, le flambeau de la distribution sera transmis à PPP (Distribution of Press, Periodicals and Publicity) pour les journaux, et à la société française Proximy pour les périodiques à partir de 2024. Cette décision ne va pas sans susciter des inquiétudes, des interrogations, et des critiques.

Un Changement de Cap Radical

Pendant des années, Bpost a été le visage familier qui livrait les journaux et les magazines aux abonnés belges. Cette collaboration historique prenait fin chaque matin, lorsque les facteurs déposaient soigneusement les publications dans les boîtes aux lettres avant 7 heures 30. Pourtant, à partir de janvier, ce ne sera peut-être plus le facteur qui assurera ce service.

Le gouvernement fédéral a choisi de changer d’opérateur pour la distribution des journaux, passant de Bpost à PPP. Cette décision n’est pas passée inaperçue et suscite des préoccupations au sein de l’industrie de la presse. La distribution de la presse quotidienne et périodique en Belgique est un enjeu majeur, car l’information de qualité est cruciale pour le fonctionnement d’une société démocratique.

Les Enjeux de la Distribution de la Presse

La concession de distribution de la presse, qui s’élève à 125 millions d’euros par an, est une question centrale dans cette transition. Cette somme considérable permet de rémunérer les milliers de facteurs impliqués dans la distribution des journaux. La manière dont cette transition sera gérée est donc cruciale pour garantir la continuité du service et la satisfaction des abonnés.

Cependant, les éditeurs de presse ont exprimé leurs inquiétudes quant à la qualité de travail de PPP dans la distribution des journaux. Pierre Leerschool, directeur général de Sudmedia et de Sudinfo, a déclaré : « S’il est exact que PPP est le nouvel opérateur pour la distribution des journaux, nous craignons le chaos ! Il est essentiel que le service de distribution des journaux soit de haute qualité et que les abonnés reçoivent de manière fiable leur journal quotidiennement avant 7 heures 30. »

Selon des rapports, PPP aurait distribué trois fois moins de journaux à Bruxelles que dans d’autres régions, avec trois fois plus de plaintes. Ni Rossel ni IPM, deux éditeurs importants, n’ont été satisfaits du service de PPP. Cette situation a même nécessité des mesures d’urgence pour mettre fin au chaos. L’association des éditeurs de presse, LAPRESSE.be, a écrit au gouvernement pour demander un audit sur les capacités opérationnelles et technologiques réelles des trois candidats opérateurs.

La Réaction de PPP

Michel D’Alessandro, directeur général de PPP, a répondu aux critiques en déclarant : « Nous n’avons encore reçu aucune notification sur le choix du nouvel opérateur. Notre travail est de mauvaise qualité ? Sachez que si demain, on reçoit la même rémunération que ce que touchait Bpost pour ce travail, le service sera à la hauteur. Nous ne travaillerons plus avec des indépendants, mais nous pourrons alors engager des gens, et même reprendre une partie du personnel de la poste, et assurer une distribution de qualité. »

Une Transition Délicate

La transition de Bpost à PPP dans la distribution des journaux en Belgique est une décision majeure qui suscite des préoccupations légitimes au sein de l’industrie de la presse. La qualité de la distribution de la presse est cruciale pour assurer l’accès à une information de qualité dans une société démocratique.

Les prochains mois seront décisifs pour évaluer comment PPP répondra à ces défis et si la transition se fera en douceur. Les éditeurs de presse et le gouvernement fédéral devront travailler en étroite collaboration pour garantir que les abonnés belges continuent à recevoir leurs journaux et magazines de manière fiable et à un prix abordable. Le bien-être de la presse et la démocratie en dépendent.

Article précédentHema ferme ses derniers restaurants belges : Une décision audacieuse au nom de la spécialisation
Article suivantCovid-19 : Le Variant JN.1 Menace-t-il les Vacances de Fin d’Année ?