C’est une double peine qu’on fait subir à l’intellectuel ! Condamné à trois ans de prison pour avoir exprimé des opinions sur un certain nombre de rites religieux, l’islamologue continue d’être harcelé. Il a même reçu des menaces de mort. Terrorisé, Djabelkhir compte déposer plainte.  

«Nous allons déposer une plainte auprès du procureur du tribunal de Sidi M’hamed pour menaces de mort, diffamation et incitation à la haine », a affirmé son avocat, Me Moumen Chadi. Ce dernier a expliqué que son mandat a « reçu plusieurs messages de menaces sur Facebook ».

Selon l’avocat, les auteurs de ces menaces se cachent derrière de faux profils. « Seulement quatre d’entre eux étaient identifiables », a-t-il précisé. Dans une déclaration reprise par l’AFP.

Inquiet de la tournure inattendue qu’ont pris les évènements, Djabelkhir a exprimé son sentiment profond d’insécurité. « S’il m’arrive quelque chose, chacun assumera la responsabilité qui lui incombe », a-t-il dit, avant d’ajouter : «J’ai reçu des messages me menaçant et me disant: ‘’Nous attendons ton arrivée en prison pour te régler ton compte’’».

L’islamologue a expliqué que sa messagerie n’a cessé de recevoir des messages menaçants depuis le dépôt de la plainte à son encontre en janvier dernier.

Il s’agit parfois de sa photo et son adresse accompagnée d’appels explicites à sa décapitation ou à sa lapidation, a-t-il précisé.