Dans la bande de Gaza, quelque 200 Palestiniens ont été tués depuis lundi dernier suite aux bombardements de l’aviation israélienne. Face à cette agression caractérisée, l’ONU entretient son immobilisme.   

En une semaine, l’ONU a tenu trois réunions, mais rien n’en est ressorti. Les États-Unis continuent de s’opposer à toute résolution commune. Une position qui arrange bien les affaires d’un Benjamin Netanyahu, qui poursuit son agression sans être inquiété.

Cet immobilisme est entretenu par la position américaine, mais également par le refus des pays occidentaux de négocier avec le Hamas qu’ils considèrent comme étant une organisation terroriste. Les maigres espoirs de cessez-le-feu sont donc portés par l’Égypte et le Qatar

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s’est rendu en France ce lundi 17 mai, où il doit s’entretenir au sujet de la situation dans la bande de Gaza avec le président français, Emmanuel Macron.

Article précédentGaza / Un député algérien à bord de la flottille de la liberté III
Article suivantAlger / énième réaménagement des horaires de distribution d’eau potable