Corruption : Le gel du compte bancaire de l’ex-ministre Bouchouareb en Suisse perdure

    0
    Corruption : Le gel du compte bancaire de l'ex-ministre Bouchouareb en Suisse perdure

    Genève, le 5 décembre 2023 – Malgré les accusations de corruption et les accords de coopération judiciaire entre l’Algérie et la Suisse, le gel du compte bancaire suisse de l’ancien ministre de l’Industrie, Abdelsalam Bouchouareb, se maintient. La Cour pénale fédérale suisse a rejeté sa demande de dégel, renforçant ainsi la position des autorités algériennes dans leur lutte contre la corruption.

    Le compte bancaire, situé à Genève, détient environ 1,7 million d’euros, suspectés d’être le fruit de gains illégaux obtenus par Bouchouareb grâce à des actes de corruption et de détournement de fonds. L’ancien ministre, actuellement en fuite, s’oppose vivement à la décision de geler ses avoirs et à leur remise à l’Algérie.

    Un Refus Catégorique

    Bien que Bouchouareb conteste le gel de son compte bancaire à Genève, les autorités suisses ont donné leur aval à la demande d’assistance judiciaire formulée par l’Algérie. Cette décision est en conformité avec la politique de récupération des fonds détournés à l’étranger par les autorités algériennes.

    Des sources au sein du gouvernement algérien ont affirmé que le système judiciaire suisse transmettra prochainement les détails financiers de Bouchouareb. Cette étape pourrait mettre en lumière les biens, comptes bancaires et actifs détenus par l’ancien ministre et sa famille, tant en Suisse qu’à l’étranger.

    La Richesse Cachée de Bouchouareb

    Les enquêtes menées en France sur les biens d’Abdelsalam Bouchouareb ont mis en lumière la considérable richesse accumulée, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Algérie, grâce à des actes de corruption et de pots-de-vin présumés. On a découvert qu’il possède un luxueux appartement de 156 mètres carrés dans le cinquième arrondissement de Paris, près de la cathédrale Notre-Dame, acquis en juin 2006 pour 1,18 million d’euros.

    En plus de cette propriété, l’ancien ministre en fuite détient un autre appartement dans le seizième arrondissement de Paris, acheté pour 900 000 euros. Il serait également en négociation pour acquérir un appartement de grand standing sur la célèbre avenue des Champs-Élysées, près de l’hôtel Claridge, pour un million d’euros.

    Les enquêtes ont également révélé que Bouchouareb possède des comptes bancaires contenant 1,3 million d’euros, sans compter les biens et comptes détenus au nom de sa femme et de ses enfants en France. Actuellement, le système judiciaire algérien attend des réponses à ses demandes d’assistance judiciaire adressées à plusieurs pays, ce qui devrait permettre d’éclairer davantage les biens immobiliers, comptes bancaires et actifs de Bouchouareb et de sa famille.

    Des Accusations de Corruption Massives

    Dans le cadre des enquêtes portant sur l’industrie automobile, Abdeslam Bouchouareb est accusé d’avoir reçu d’importantes sommes d’argent en pots-de-vin de la part d’hommes d’affaires et de propriétaires d’usines automobiles. Parmi les allégations, on retrouve l’acquisition d’une villa d’une valeur de plus de 60 milliards de centimes à Hydra, dans la capitale, ainsi qu’un pot-de-vin de 14 milliards de centimes d’un autre acteur de l’industrie automobile.

    En outre, il possède trois appartements à Alger, Annaba et Boumerdès, deux voitures de luxe et une propriété obtenue par donation. Bouchouareb a été condamné par contumace à 20 ans de prison pour chacune des affaires où il est poursuivi. Les enquêtes ont également révélé qu’il détenait plusieurs entreprises au nom de ses frères, de sa femme et en son propre nom, notamment deux usines de fabrication de chocolat et de chips, ainsi que huit comptes bancaires. Les accusations de corruption massive à son encontre continuent de peser lourdement sur son avenir judiciaire.

    Le gel persistant de son compte en Suisse est une indication de l’engagement des autorités suisses à coopérer avec l’Algérie dans la lutte contre la corruption, marquant ainsi une étape importante dans cette affaire complexe qui révèle l’ampleur des problèmes de corruption qui sévissent au niveau international.

    Article précédentBallon d’Or 2023 : Messi sacré, une réaction inattendue de Cristiano Ronaldo
    Article suivantAides sociales en Algérie : les chiffres du budget en 2023