L’ENTV aurait-elle décidé d’innover dans sa programmation ? Pour la première fois la télévision nationale algérienne diffuse un débat contradictoire, où les intervenants n’y vont pas de main morte et assument des discours parfois dérangeants au sujet des affaires de corruption…

C’est un vent de révolte qu’a connu l’émission Hiwar Essa de l’ENTV. Plusieurs journalistes invités à débattre sur l’actualité se sont enflammés sur le sujet de la corruption. Une actualité brûlante qui a suscité le débat. Abdelkrim Ghezali, l’ancien directeur de rédaction du quotidien La Tribune, présent sur le plateau de l’émission est celui qui marque le plus cette séquence historique. Il ne mâche pas ses mots et va jusqu’à taper du poing sur la table lorsqu’il est question de  corruption. »Je ne me tairais pas, alors que l’argent des Algériens est volé », a-t-il lancé.

Ce fléau qu’il accuse de briser l’Algérie, le journaliste le compare à une guerre, « la corruption est pire que le terrorisme ! », a-t-il affirmé sur le plateau de la télévision nationale. Ces crimes financiers deviendraient incontrôlables d’après le journaliste. « L’Algérie est en train de se casser et personne ne pourra la réparer », a encore ajouté M. Ghezali.  Il va jusqu’à accuser certains de ses confrères journalistes d’un manque d’objectivité sur ce genre de fait. « On confond l’information et le renseignement ! » s’est indigné le journaliste algérien sur le plateau de télévision.

C’est sans doute la première fois qu’un tel discours est diffusé sur l’ENTV. La vidéo commence à faire le buzz sur les réseaux sociaux et les commentaires des internautes algériens saluent le courage du journaliste qui a osé sur une télévision d’Etat porter haut et fort son discours dénonciateur, que beaucoup ont qualifié de « miracle » audiovisuel.