blank

Plusieurs cas du sous-variant d’Omicron BA2 ont été détectés en Algérie. Ce sous-varinat est déjà présent dans plusieurs pays du monde à l’instar de la France, le Danemark, l’Afrique du Sud, les États-Unis et quelques pays d’Asie.   

Intervenant sur les ondes de la radio nationale, le directeur général de l’institut Pasteur, le Dr Fawzi Derrar, a fait savoir que des cas du sous-variant B2 ont été détectés en Algérie, estimant que leur présence implique surtout, un surplus de vigilance et non de l’inquiétude. Le directeur de l’institut Pasteur a promis plus de détails concernant ces contaminations dans les heures à venir.

S’agissant du virus dominant actuellement en Algérie, il a expliqué que l’Omicron a pris le pas sur le Delta grâce à sa capacité à se répondre extrêmement rapidement au sein de la population.

Réagissant à un certain comportement qui tend à devenir dominant dans la société et selon lequel l’Omicron ne nécessite pas de traitement, car il s’agit d’un « simple rhume », le Dr Derrar a mis en garde en rappelant que « le variant Omicron n’est pas un rhume, mais un virus » et qu’il est impossible de prédire ses effets, ainsi que les complications qu’il peut engendrer chez chaque individu ».

Article précédentL’Algérie fait don de vivres et de vaccins anti-Covid au Mali
Article suivantProcès Chakib Khelil / le procureur requiert une lourde peine de prison