Le 24 juillet dernier, le vol qui devait relier Ouagadougou à Alger n’aura jamais atterrit dans la capitale algérienne. Le 24 juillet dernier, l’avion d’Air Algérie était victime d’un crash spectaculaire dans le nord du Mali, faisant 116 morts dont 6 Algériens. Les dépouilles de 5 victimes sont arrivées aujourd’hui à l’aéroport Houari Boumediène d’Alger

Une forte délégation ministérielle s’est rendue sur les lieux pour rendre hommage aux 5 victimes du crash aérien. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s’est d’ailleurs recueilli lors d’une cérémonie organisée au Salon d’Honneur de l’aéroport, en présence des proches des victimes. Les dépouilles ont été transportées depuis Paris (France). La France qui, rappelons le, s’était saisie du dossier, sur demande du Mali, provoquant une vive polémique quant aux prérogatives des uns et des autres. Les dépouilles avaient été directement transportées à Paris pour subir une identification.

Un autre point de controverse avait entouré cette affaire. L’étude des boites noires avait également été transférées à Paris. Le Ministre des transports, Amar Ghoul, avait été fortement critiqué après avoir fait croire à l’acquisition par l’Algérie de l’une des boites noires, qu’il avait brandi durant une conférence de presse. Mais après vérificatioa n, il ne s’agissait là que d’une copie.
L’avion affrété par Air Algérie pour assurer la lisaison Ouagadougou-Alger était en fait la propriété d’une compagnie aérienne espagnole, Swift Air.

 Elyas Nour