Crise de la Volaille en Algérie : Les Mesures Choc du Ministre de l’Agriculture pour Endiguer la Hausse des Prix

0
Crise de la Volaille en Algérie : Les Mesures Choc du Ministre de l'Agriculture pour Endiguer la Hausse des Prix

L’Algérie est confrontée à une crise de la volaille qui suscite l’inquiétude parmi la population. La hausse spectaculaire des prix de la viande blanche a poussé le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohammed Abdelhafid Hanif, à convoquer en urgence tous les acteurs du secteur pour prendre des mesures radicales face à cette situation préoccupante.

La réunion d’urgence qui s’est tenue au siège du ministère a rassemblé les représentants clés de l’industrie de la viande blanche, dont l’Office national de l’alimentation animale (ONAB), la Société algérienne de régulation des produits agricoles (SARPA), la Société économique publique de réfrigération (FRIGOMEDIT), ainsi que les éleveurs affiliés à la Fédération nationale des éleveurs de volaille, eux-mêmes membres de l’Union nationale des agriculteurs algériens (UNPA). La réunion a également compté sur la présence d’un représentant du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations.

Les décisions prises par le ministre Hanif lors de cette rencontre cruciale sont les suivantes :

1. Lancement immédiat d’enquêtes par les services vétérinaires.

Face à la flambée des prix, des investigations approfondies seront menées pour identifier les facteurs sous-jacents de cette hausse soudaine et injustifiée.

2. Accélérer la fourniture des intrants aux petits éleveurs.

Les petits éleveurs recevront rapidement les intrants nécessaires, notamment les aliments pour volaille, sous réserve de l’obtention d’une autorisation sanitaire des services vétérinaires de la wilaya.

3. Annoncer les prix minimums pour les aliments de l’ONAB.

Des prix minimums stables seront établis sur le marché national pour les aliments commercialisés par l’Office national de l’alimentation animale, garantissant ainsi la prévisibilité des coûts tout au long de l’année.

4. Fixation du prix des poussins chair.

Le prix unitaire des poussins chair d’un jour sera de 120 DA par unité. La vente restera libre, mais un suivi rigoureux des éleveurs et des coopératives d’élevage sera mis en place.

5. Augmentation de la capacité de production.

Le marché sera approvisionné en produits locaux et importés pour répondre à la demande croissante.

6. Réduction des délais d’approvisionnement en viande blanche importée.

L’efficacité dans la distribution de la viande blanche importée sera améliorée pour répondre aux besoins du marché.

7. Consultations pour un accord sectoriel.

Des discussions seront engagées avec les représentants de la Fédération nationale des éleveurs de volaille en vue de parvenir à un accord sectoriel. L’objectif est de définir un modèle d’organisation et de gestion optimal pour le secteur, visant à garantir la stabilité des prix sur le marché. Ces consultations impliqueront l’ensemble des acteurs de l’industrie, des producteurs d’aliments aux coopératives et aux organismes institutionnels.

Le ministre de l’Agriculture a clairement pris des mesures audacieuses pour faire face à cette crise de la volaille en Algérie. L’enquête en cours devrait révéler les responsabilités derrière cette flambée des prix, tandis que les mesures de stabilisation des prix visent à atténuer l’impact sur les consommateurs. La suite de cette saga alimentaire sera scrutée de près par tous les Algériens qui espèrent un retour à des prix abordables pour la viande blanche, un élément essentiel de leur alimentation quotidienne.

Article précédentAlerte Météo en Algérie : La Pluie Frappe Fort, un Changement Radical Attendu Dès Mardi
Article suivantL’Algérie, Nouveau Titan du Football ? Une Victoire Éclatante sur le Mozambique Redéfinit les Attentes pour la Coupe du Monde 2026