Des journalistes de plusieurs quotidiens ont subi les foudres de plusieurs grévistes du personnel navigant de la compagnie aérienne nationale alors qu’ils couvraient l’évènement.

Le Secrétaire général du Syndicat national des journalistes (SNJ) Kamel Amarni dénonce ce samedi l’agression de plusieurs confrères dans le cadre de leur travail.  « Des confrères de la presse nationale, qui se sont rendus, samedi 18 mai 2013 au niveau de l’aéroport d’Alger pour assurer la couverture médiatique d’une grève du personnel navigant de la compagnie nationale, Air Algérie, ont été honteusement malmenés par un groupe de grévistes », s’indigne le SG dans un communiqué.

Les journalistes, une femme et un homme des quotidiens Le Temps d’Algérie et L’Expression, ont été pris à partie par les grévistes, faisant l’objet de violences verbales mais également physiques, et cela devant de nombreux témoins. Les victimes n’ont pas de séquelles, mais ces actes restent incompréhensibles. « Le Syndicat national des journalistes dénonce avec la plus grande fermeté ce comportement sauvage indigne d’un corps professionnel censé constituer l’exemple même de la bonne tenue, du bon accueil, bien sur, d’éducation.  Le Syndicat exige des sanctions maximales à l’encontre des agresseurs. Administratives d’abord, judiciaires ensuite dans le cas où, comme le souhaite le Syndicat, les confrères victimes de cette honteuse agression déposent plainte », indique encore Kamel Amarni.

Article précédentLes deux-roues envahissent l’Algérie : attention, danger d’emballement
Article suivantC’est le 5e cas en moins d’une semaine. Un pompier d’Oum El-Bouaghi tente de s’immoler par le feu