« L’UE évoque régulièrement la situation des droits humains et des libertés fondamentales auprès des autorités algériennes directement, y compris par l’intermédiaire de la délégation de l’UE à Alger », indique le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell dans un communiqué.

Le diplomate a fait savoir que l’UE « suit de près » l’évolution de la situation en Algérie, notamment en ce qui a trait au «respect des libertés fondamentales et des droits de l’Homme »

Borrell rappelle que la question du «respect des libertés fondamentales et des droits de l’Homme est inscrit dans la Constitution algérienne et constitue également un élément essentiel des relations UE-Algérie, tel que reflété dans l’accord d’association et renforcé par les priorités de partenariat ».

Et d’ajouter qu’« au sein de la sous-commission sur le dialogue politique, la sécurité et les droits de l’Homme, l’UE a eu un échange franc et ouvert sur les droits de l’Homme ».

L’UE « continue d’encourager les partenaires algériens à établir un dialogue inclusif », ajoute le diplomate européen, précisant que « lors du Conseil d’association UE-Algérie du 7 décembre 2020, le haut représentant a abordé les droits humains et les libertés fondamentales avec le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum ».

Article précédentRépression du Hirak / le parti des travailleurs condamne énergiquement
Article suivantAlger : l’APC d’Eucalyptus entachée par la corruption