Entrepreneuriat au Féminin en Algérie : Défis et Solutions

0
Entrepreneuriat au Féminin en Algérie : Défis et Solutions

Dans le vaste paysage de l’entrepreneuriat en Algérie, des défis considérables persistent, en particulier pour les jeunes. Une enquête récente menée dans le cadre du projet de recherche Sahwa, initié par l’Union européenne, a jeté la lumière sur la situation des jeunes entrepreneurs en Algérie. L’étude, intitulée « L’entrepreneuriat des jeunes en Algérie : déterminants et inégalités de genre », met en évidence des défis importants et des inégalités de genre persistantes dans le secteur entrepreneurial.

L’une des conclusions immédiates de cette analyse est le retard que l’Algérie accuse en matière de création d’entreprises malgré une croissance significative du nombre de PME au cours des deux dernières décennies. Bien que les dispositifs publics d’aide à la création d’entreprises aient contribué à l’émergence de micro-entreprises dirigées par des jeunes, le taux de mortalité de ces entreprises reste élevé, et leur impact sur l’emploi demeure limité. Cette situation souligne que l’environnement entrepreneurial en Algérie est loin d’être favorable.

L’étude révèle que plusieurs facteurs contribuent à cette faiblesse de l’activité entrepreneuriale en Algérie. Tout d’abord, l’environnement global est perçu comme fortement contraignant pour les entrepreneurs, en particulier pour les jeunes. Ensuite, des facteurs individuels, tels que le niveau d’éducation et le genre, ont un impact significatif sur l’accès à l’entrepreneuriat.

Le rôle des caractéristiques sociodémographiques et du réseau familial

Les caractéristiques sociodémographiques des jeunes, ainsi que leur réseau familial, jouent un rôle important dans leur choix d’embrasser l’entrepreneuriat. Les résultats de l’étude indiquent que les jeunes plus éduqués ont tendance à préférer le statut de salarié ou restent au chômage. De plus, le genre est un déterminant significatif, les femmes étant moins susceptibles que les hommes de se lancer dans l’entrepreneuriat.

La typologie des entrepreneurs en Algérie montre également des différences marquées entre les sexes. Les femmes entrepreneures se distinguent par des revenus plus faibles, l’absence de réseaux de soutien et la nature de leurs activités, souvent centrées sur les services. Ces femmes entrepreneurs sont souvent impliquées dans des activités informelles et connaissent des revenus modestes.

L’importance des réseaux familiaux et de la catégorie socioprofessionnelle des parents

Une autre conclusion clé de l’étude est l’importance des réseaux familiaux dans l’activité entrepreneuriale des jeunes en Algérie. En particulier, la catégorie socioprofessionnelle des parents, en particulier celle du père, joue un rôle majeur dans l’accès des jeunes à l’entrepreneuriat. Les jeunes dont les parents sont entrepreneurs ont davantage de chances de devenir entrepreneurs eux-mêmes.

L’étude met en lumière trois autres classes d’entrepreneurs qui se caractérisent par des revenus plus élevés et la présence de réseaux familiaux, notamment le soutien des parents et la présence d’un père entrepreneur. Ces résultats soulignent l’importance cruciale des réseaux familiaux pour les jeunes entrepreneurs, en particulier pour les femmes ayant peu de formation.

Recommandations pour promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes

Face à ces défis, l’étude propose plusieurs recommandations pour promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes en Algérie, en particulier celui des femmes. Tout d’abord, il est essentiel de mettre en place des programmes de formation adaptés aux jeunes entrepreneurs, en améliorant l’efficacité de ceux déjà existants. L’implication des chambres et associations professionnelles, ainsi que des collectivités locales, est également préconisée pour faciliter l’accès à ces programmes de formation.

En ce qui concerne les femmes entrepreneures, l’étude souligne la nécessité de créer des réseaux dédiés exclusivement aux femmes. Des campagnes d’information et de communication visant à valoriser l’entrepreneuriat féminin sont également recommandées.

Enfin, l’étude appelle les pouvoirs publics à créer un environnement favorable à l’entrepreneuriat en favorisant la création d’écosystèmes entrepreneuriaux au niveau local, impliquant les acteurs locaux, les centres de formation et les universités. Le lancement récent de l’Agence nationale de l’auto-entrepreneur en Algérie est un premier pas dans cette direction, en attendant que d’autres mesures suivent.

L’entrepreneuriat des jeunes en Algérie est confronté à des défis importants, notamment en ce qui concerne les inégalités de genre et l’accès limité des jeunes entrepreneurs aux ressources et au soutien nécessaires. Les résultats de l’étude mettent en évidence la nécessité de politiques et de mesures concrètes pour promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes, en particulier celui des femmes. Encourager la création de réseaux, améliorer les programmes de formation et créer un environnement favorable sont autant de mesures essentielles pour stimuler l’entrepreneuriat en Algérie et favoriser la création d’emplois pour la jeunesse.

Article précédentIsraël Face à la CIJ : Le Procès Historique qui Secoue le Monde
Article suivantKarim Ziani Dévoile Ses Espoirs : Amoura et Gouiri, Les Diamants de l’Équipe d’Algérie