Espagne : Appels à renoncer à la position controversée sur le Sahara Occidental

0
Premier ministre Pedro Sanchez

Les partis politiques espagnols ont appelé le Premier ministre Pedro Sanchez à renoncer à sa position sur le Sahara Occidental, suite à la lettre secrète envoyée par Sanchez en mars 2022 au Roi du Maroc Mohammed VI.

Les partis de la majorité comme de l’opposition ont convoqué le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albaris, devant la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, pour obtenir des clarifications sur cette lettre.

Le gouvernement espagnol continue de soutenir « le rôle des Nations unies » dans la résolution du conflit du Sahara Occidental, a confirmé le chef de la diplomatie espagnole, malgré le changement soudain de position de l’Espagne sur cette question il y a un an.

La classe politique espagnole est surprise par cette position, après 40 ans de soutien à la cause sahraouie, et certains partis politiques ont exprimé leur préoccupation et leur suspicion quant au secret entourant ce changement de position.

L’opposition espagnole a accusé le Premier ministre Pedro Sanchez de servir les intérêts du Maroc « pour rien », alors que les députés espagnols du Parti populaire, Fox, Les Catalans et les Basques ont laissé de côté leurs différends pour demander au ministre des Affaires étrangères de révéler le contenu de la lettre secrète.

Les représentants de la Gauche républicaine catalane ont évoqué le rejet de certaines composantes de la majorité de la décision de Pedro Sanchez, soulignant le rejet par Unidas-Podemos de la décision de soutenir l’initiative marocaine d’autonomie.

De son côté, le porte-parole d’E.H. Beldo, John Iñárritu, a appelé à établir de bonnes relations avec le Maroc, mais à condition que cela ne se fasse pas au détriment du peuple sahraoui, et sans fermer les yeux sur les drames qui se produisent sur le territoire espagnol.

En somme, les partis politiques espagnols sont divisés sur la question du Sahara Occidental, avec certains qui appellent à renoncer à la position actuelle du gouvernement espagnol, tandis que d’autres insistent sur la nécessité de préserver les relations avec le Maroc tout en protégeant les droits du peuple sahraoui. Cette situation risque de continuer à faire débat dans les mois à venir.

Article précédentUn an après l’invasion russe, le président ukrainien affirme la résilience de son pays face à la guerre
Article suivantAlerte au Japon : découverte d’une mystérieuse boule de métal sur une plage de Shizuoka