Évasion Fiscale : Les Multinationales Continuent de Profiter des Failles du System

    0
    Évasion Fiscale : Les Multinationales Continuent de Profiter des Failles du Systèm

    Dans un monde de plus en plus interconnecté, les multinationales semblent toujours trouver des moyens de contourner les règles fiscales et de déclarer des bénéfices faiblement imposés, même dans des juridictions où les taux d’imposition sont élevés.

    Une nouvelle analyse de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) met en lumière cette réalité troublante, soulignant la nécessité urgente d’une réforme fiscale mondiale. Dans cet article, nous plongeons dans les détails de cette analyse alarmante et examinons les implications pour les gouvernements et la société.

    Les Bénéfices Faiblement Imposés : Une Pratique Répandue

    L’analyse de l’OCDE révèle que plus de la moitié des bénéfices faiblement imposés déclarés par les entreprises multinationales (EMN) à l’échelle mondiale sont réalisés dans des juridictions qui appliquent des taux d’imposition élevés. Cela signifie que même dans des pays où les entreprises devraient contribuer de manière significative au budget de l’État, elles parviennent à minimiser leurs impôts grâce à une série d’astuces et de failles du système fiscal international.

    Les Incitations Fiscales et Avantages : Des Atouts Pour les EMN

    Comment les multinationales parviennent-elles à échapper à une imposition significative ? L’analyse de l’OCDE pointe du doigt les incitations fiscales et autres avantages accordés dans les juridictions pratiquant des taux d’imposition élevés. Ces incitations permettent aux entreprises de réduire leurs taux effectifs d’imposition (TEI) de manière considérable.

    L’Appel à un Taux Minimum Mondial

    Face à cette réalité inquiétante, l’OCDE plaide en faveur de la mise en place d’un taux minimum sur les bénéfices des grandes EMN à l’échelle mondiale. Un tel taux, approuvé par le Cadre inclusif OCDE/G20, pourrait permettre de rétablir une fiscalité équitable et de mobiliser davantage de ressources intérieures pour les juridictions à fiscalité élevée, tout en mettant fin aux pratiques d’érosion de la base d’imposition et de transfert de bénéfices (BEPS).

    La Répartition Inégale des Bénéfices Faiblement Imposés

    L’analyse de l’OCDE met également en lumière la répartition inégale des bénéfices faiblement imposés. Environ 37,1 % des bénéfices nets mondiaux (soit 2 411 milliards de dollars sur un total de 6 503 milliards de dollars) sont imposés à des TEI inférieurs à 15 %. Ce chiffre est alarmant, car il révèle l’ampleur de l’évasion fiscale pratiquée par les multinationales.

    Des Pratiques Qui Touchent Tous les Niveaux de Revenu

    Il est important de noter que ces pratiques touchent tous les groupes de pays, quels que soient leur niveau de revenu. Environ 28 % de l’ensemble des bénéfices faiblement imposés à l’échelle mondiale sont réalisés dans des juridictions à revenu faible ou intermédiaire. Cela signifie que même les pays en développement ne sont pas à l’abri de l’évasion fiscale des multinationales.

    Le Décalage Entre Bénéfices et Activité Économique

    Un aspect troublant mis en évidence par l’analyse de l’OCDE est le décalage entre les bénéfices déclarés par les EMN et l’activité économique réelle sur les marchés mondiaux. Les entreprises semblent déclarer des bénéfices de manière disproportionnée par rapport à leur chiffre d’affaires réel. Cela soulève des questions sur l’équité fiscale et la nécessité de réformer en profondeur le système international de taxation des entreprises.

    L’Appel à une Réforme Fiscale Globale

    En conclusion, l’analyse de l’OCDE révèle une réalité troublante : les multinationales continuent de profiter des failles du système fiscal international pour déclarer des bénéfices faiblement imposés, au détriment des gouvernements et de la société. Face à cette situation, l’OCDE plaide en faveur d’une réforme fiscale mondiale, notamment par la mise en place d’un taux minimum sur les bénéfices des grandes EMN.

    Cette réforme est essentielle pour rétablir l’équité fiscale, mobiliser davantage de ressources pour les juridictions à fiscalité élevée, et mettre fin aux pratiques d’évasion fiscale et de BEPS. Il est temps que les gouvernements du monde entier agissent de manière concertée pour garantir que les multinationales contribuent de manière juste et équitable aux finances publiques, au profit de l’ensemble de la société.

    Article précédentUniversité Mouloud Mammeri : À la Pointe de la Recherche sur les Productions Animales
    Article suivantIntempéries à Constantine : Quand la Pluie Fait Fermer les Routes Nationales