Exode des Médecins Algériens vers la France: L’Algérie Perd ses Perles Médicales

0
Exode des Médecins Algériens vers la France: L'Algérie Perd ses Perles Médicales

L’Algérie est aux prises avec une crise sanitaire grandissante, alimentée par l’exode massif de ses médecins vers la France. Une nouvelle liste vient d’être dévoilée, recensant les médecins étrangers ayant réussi les épreuves de vérification des connaissances en France. Sans surprise, de nombreux médecins algériens y figurent. Cette saignée continue de peser lourdement sur le système de santé algérien. Dans cet article, nous allons explorer les raisons de cette hémorragie médicale et ses conséquences dévastatrices pour le pays.

La Fuite des Cerveaux Médicaux

La situation est alarmante et les termes utilisés pour la décrire sont nombreux : départs massifs, hémorragie, fuite des cerveaux. Tous ces qualificatifs mettent en lumière un problème majeur qui s’aggrave de jour en jour. Le Dr. Merabet, président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP), a exprimé son désarroi sur Facebook en déclarant que « la saignée continue ».

L’Algérie perd chaque année un grand nombre de ses médecins les plus talentueux au profit de la France. Pour combler les déserts médicaux qui touchent de nombreuses régions françaises, les autorités françaises ont mis en place des mesures pour attirer les praticiens de la santé étrangers. L’une de ces mesures repose sur une autorisation d’exercice basée sur des épreuves de vérification des connaissances, ouverte à tous les praticiens du monde, pourvu qu’ils aient obtenu leurs diplômes dans des pays hors de l’Union européenne.

Une Perte de Potentiel Humain Précieux

Le Dr. Mohamed Bekkat Berkani, président du Conseil national de l’ordre des médecins algériens, explique que cette fuite des cerveaux médicaux n’est pas nouvelle. Depuis 1987, il ne cesse d’alerter sur le départ massif des médecins algériens vers l’étranger, principalement la France. Pour lui, il s’agit d’une véritable saignée et d’une fuite des cerveaux.

Le secteur de la santé publique en Algérie est doublement pénalisé. Non seulement il perd ses compétences au profit du secteur privé en Algérie, mais il voit aussi un grand nombre de médecins partir à l’étranger, principalement en France. Selon le Dr. Berkani, la France attire de plus en plus de médecins maghrébins, dont une grande partie est d’origine algérienne, dans toutes les spécialités du système médical français.

Des Causes Complexes

Pourquoi tant de médecins algériens choisissent-ils de quitter leur pays ? La réponse est complexe. En Algérie, les médecins sont confrontés à de nombreux problèmes liés à leurs conditions de travail et à l’évolution de leur carrière professionnelle. Les conditions socio-économiques difficiles les poussent à chercher des opportunités à l’étranger.

Le président de l’Ordre des médecins algériens plaide pour l’amélioration des conditions socio-économiques et professionnelles des médecins. Cette amélioration est réclamée par tous les syndicats. Les jeunes médecins ont besoin de perspectives dans leur carrière professionnelle. Faute de postes valorisants après une formation longue et exigeante, ils se tournent vers l’étranger.

Une Véritable Hémorragie

Pour le Dr. Berkani, l’Algérie ne fait pas face à une simple fuite des cerveaux, mais à une véritable « hémorragie ». Les jeunes médecins algériens se sentent désespérés et abandonnés par les autorités. La situation exige un dialogue constructif entre les médecins et les autorités pour trouver des solutions durables.

Le président de l’Ordre national des médecins algériens propose notamment d’aligner les salaires des médecins du secteur public sur la grille de rémunération des cadres de Sonatrach, la plus grande entreprise pétrolière d’Algérie. Il recommande également la mise en place de contrats de performance pour les médecins et l’accès à des logements appropriés.

L’exode des médecins algériens vers la France continue de poser un défi majeur à l’Algérie. Il met en lumière les problèmes du secteur de la santé et les défis socio-économiques auxquels le pays est confronté. Pourtant, ces médecins talentueux pourraient contribuer au système de santé algérien s’ils avaient des incitations et des opportunités adéquates.

Il est temps pour l’Algérie de prendre des mesures significatives pour retenir ses médecins et investir dans le secteur de la santé. La solution réside dans un dialogue ouvert et constructif entre les médecins, les autorités et la société civile. La santé de la nation algérienne dépend de la capacité du pays à retenir ses médecins et à les valoriser.

Article précédentCrise au Mali : La convocation de l’ambassadeur d’Algérie à Bamako révèle des tensions croissantes
Article suivantSahara Occidental : Lavrov réaffirme le droit à l’autodétermination lors du forum Russie-Monde arabe