Expert allemand.. L’Algérie ne poignardera jamais la Russie dans le dos

0
Algérie Russie
Advertisement

« L’Algérie est confrontée à une situation difficile », a déclaré l’analyste économique allemand Cyril Federshofen, ajoutant que « si elle veut continuer comme une source majeure d’énergie , et aider l’Europe, c’est logique, mais cela menacera ses relations avec Moscou ».

Dans une déclaration à Radio Allemagne, l’expert économique a expliqué que l’Algérie ne risquerait pas de couvrir le déficit gazier en Europe, afin de préserver ses bonnes relations avec la Russie.

Et d’ajouter : « Il n’est pas clair dans quelle mesure l’Algérie peut être une véritable alternative à la Russie, à un moment où elle souffre de la stagnation de ses exportations de pétrole en raison du manque d’investissements dans le secteur, et de la croissance rapide de demande intérieure ».

La radio allemande a cité l’expert en énergie George Zakman disant : « L’ Algérie ne peut pas produire plus de gaz du jour au lendemain », même si le pays dispose de « très grandes réserves de gaz ».

L’Algérie fait preuve d’une grande prudence dans le dossier de l’augmentation du flux de gaz vers ses partenaires européens, en raison de plusieurs considérations, dont la plus importante est de ne pas nuire à son allié historique, la Russie, qui fait face à de sévères sanctions occidentales en raison de la guerre contre l’Ukraine. .

Alors que l’Algérie ne dispose pratiquement pas d’approvisionnements supplémentaires importants pour jouer un rôle important dans la compensation du gaz russe, qui représente 40 % des besoins annuels de l’Europe, alors que l’Algérie ne lui fournit que 11 % de ses besoins.

Le PDG de Sonatrach, Taoufik Hakkar, a déclaré que l’Algérie dispose de quelques milliards d’excédents de gaz qui peuvent être exportés.

Reuters a confirmé que l’Algérie augmentera le flux de gaz vers l’Italie d’environ 4 milliards de mètres cubes, en plus des plus de 21 milliards de mètres cubes qui sont exportés chaque année via le gazoduc TransMed, qui a une capacité de 32 milliards de mètres cubes.

Les experts russes ont exclu que l’augmentation des livraisons de gaz algérien à l’Italie, en raison de la tension dans les relations entre la Russie et les pays occidentaux, causerait des problèmes entre Moscou et l’Algérie.

Bien que l’Italie se soit tournée vers l’Algérie, les experts n’anticipent pas de problèmes dans les relations entre l’Algérie et la Russie.

Article précédentTebboune arrive en Turquie et Erdogan cherche à annuler les visas entre les deux pays
Article suivantPourparlers algéro-américains sur l’accord de paix et de réconciliation au Mali