Abdelmalek Sellal, le Premier ministre a évoqué, ce samedi lors d’une tournée d’inspection à Alger, la lutte contre le terrorisme et l’intégrisme. « Les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) sont mobilisées pour lutter contre le terrorisme et tout extrémisme », a-t-il lancé  lors de l’inauguration de la nouvelle Faculté de Droit à Saïd Hamdine, dans la banlieue d’Alger. A ses yeux, « l’Algérie dispose d’une armée forte et d’un Président qui veille ». « Non et non à l’extrémisme notamment l’extrémisme religieux », a-t-il lancé devant les caméras des médias. 
Il appellera dans ce cadre à l’impératif « de poursuivre la politique de réconciliation nationale, soutenant que l’Algérie a bâti un Etat de droit, de paix et de sécurité grâce à la politique de réconciliation nationale prônée par le président Bouteflika ».
 
«La politique du gouvernement n’est pas l’austérité »
 
Concernant le chapitre économique, Sellal a répondu aux critiques selon lesquelles le gouvernement adopte une politique d’austérité. « La politique du gouvernement n’est pas de l’austérité », a-t-il fait savoir lors de sa visite à l’unité de fabrication de cartes à puce HB-Technologies de Rouiba. « La politique du gouvernement consiste à rationaliser les dépenses publiques. Mais cette rationalisation n’est pas de l’austérité », a ajouté Sellal en relevant que « la  baisse du prix du pétrole constitue une opportunité pour modifier la politique économique du pays dans le but de sortir de la dépendance vis-à-vis des hydrocarbures et de créer de la richesse et de l’emploi ».
 
Paiement par chèque : Nous n’avons pas d’autre choix
 
S’agissant enfin du paiement obligatoire par chèque, Abdelmalek Sellal a noté  que « nous n’avons pas d’autre choix pour aboutir progressivement  à la réduction des paiements en espèces dans les transactions commerciales ». « Avec le temps, les Algériens utiliseront tous les moyens modernes de paiement », rassure-t-il. « Tous ceux qui ont des liquidités en dehors du circuit formel doivent les intégrer dans le marché formel pour alimenter le trésor public afin de permettre aux investisseurs de financer leurs projets », a-t-il exhorté en dernier lieu.
Article précédentYves Bonnet : « Je m’étais dit que l’islamisme ne passera pas en Algérie »
Article suivantDeux françaises en Algérie