Flambée des prix des viandes blanches

Les prix des viandes blanches connaissent une véritable flambée. La vague inflationniste n’a donc pas épargné. Selon le directeur de l’office national les aliments de bétail (ONAB), cela est dû à l’envolée des prix des aliments de bétail.

Plusieurs produits alimentaires ont vu leurs prix augmenter depuis le début de l’année. Les viandes et plus particulièrement les viandes blanches n’échappent pas à cette flambée.

Pour justifier cette hausse des prix, Mohamed Batraoui, directeur de l’l’ONAB évoque une augmentation des pris des aliments de bétail. Intervenant ce dimanche sur les ondes de la radio nationale, il a expliqué que les matières premières qui sont à la base de la fabrication de ces aliments, tels que le maïs et le soja, sont des produits importés.

Le même responsable a assuré l’office œuvre en collaboration avec les éleveurs afin de garantir la disponibilité des viandes blanche et plus particulièrement le poulet durant le mois de ramadan prochain.

À ce propos, il a souligné que la moyenne nationale de consommation de viandes blanches est estimée à 15 kilogrammes par personne.

Concernant la réorganisation de la filière, le Cnifa a tenu une réunion avec le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Cherif Omari, afin de mettre à exécution, dès l’Aïd El Fitr, le plan de restructuration, finalisé il y a quelques mois.

Lors de cette rencontre, tenue ce samedi, il a été décidé de limiter les importations, essentiellement le poussin repro pour éviter la surproduction. Il a été également décidé d’entamer le recensement des intervenants dans cette filière en vue de constituer un répertoire numérisé. Il est à savoir qu’en collaboration avec l’Office national des aliments du bétail (ONAB), il a été mis sur le marché 57 000 quintaux de poulet congelé.

Ce dernier est cédé à 250 da/kilo afin de casser les prix et combler le manque en ce produit prisé par les petites bourses. L’ONAB a créé 51 points de vente dans 23 wilayas à travers le pays, afin de généraliser ces opérations de vente.

Il est important de signaler que la filière avicole en Algérie est dominée par les élevages traditionnels et l’informel. Ces facteurs ainsi que l’absence de prévisions et le prix élevé de l’aliment sont derrière ces perturbations récurrentes dans les prix de la viande blanche, d’où le lancement et l’importance de ce plan de restructuration de la filière.