Flambée des prix du sucre : El Niño provoque une hausse record en treize ans

    0
    Flambée des prix du sucre : El Niño provoque une hausse record en treize ans

    Les marchés mondiaux du sucre connaissent une flambée des prix sans précédent depuis treize ans, en grande partie en raison des préoccupations liées à El Niño et de l’impact sur les récoltes de deux des plus grands producteurs mondiaux, la Thaïlande et l’Inde. Selon un rapport publié aujourd’hui par la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), les prix du sucre ont atteint leur plus haut niveau depuis 13 ans.

    La montée en flèche des prix du sucre

    L’indice des prix du sucre de la FAO a augmenté de 9,8 % en seulement un mois. Cette hausse spectaculaire s’explique principalement par les inquiétudes concernant la disponibilité future de sucre lors de la prochaine campagne (2023-2024). Les premières estimations laissent entrevoir une réduction de la production en Thaïlande et en Inde, deux géants de l’industrie sucrière, en raison de l’impact d’El Niño sur les conditions météorologiques.

    La FAO souligne également l’impact de la hausse des prix du pétrole sur les marchés du sucre. En effet, lorsque les prix du pétrole sont élevés, les producteurs sont incités à convertir une partie de leurs récoltes en éthanol, ce qui réduit la quantité de sucre disponible sur le marché et fait grimper les prix. Cependant, la hausse des prix du sucre a été en partie tempérée par une « récolte importante actuellement en cours au Brésil », premier producteur mondial de sucre, dans des conditions météorologiques favorables. De plus, la dépréciation du réal brésilien par rapport au dollar américain a également contribué à contenir la hausse des prix.

    Stabilité des prix alimentaires mondiaux

    Dans l’ensemble, les prix alimentaires mondiaux ont connu une certaine stabilité en septembre, avec une baisse des prix des huiles (-3,9 %), des produits laitiers (-2,3 %) et de la viande (-1 %), compensant la hausse des prix du sucre et du maïs, selon la FAO.

    L’indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui surveille les variations des cours internationaux d’un panier de produits de base, a enregistré une baisse de 10,7 % par rapport à l’année précédente et de 24 % par rapport au pic observé en mars 2022, juste après l’invasion russe de l’Ukraine. En ce qui concerne les céréales, l’indice FAO des prix a augmenté de 1 %, principalement en raison de la forte demande pour la récolte brésilienne, des ventes plus lentes en Argentine et de la hausse des prix du fret fluvial aux États-Unis due au bas niveau du fleuve Mississippi. Quant au riz, l’indice FAO des prix a légèrement reculé (-0,5 %) en raison d’une demande à l’importation moins forte.

    Perspectives futures

    La flambée des prix du sucre suscite des inquiétudes quant à son impact sur les consommateurs et l’industrie agroalimentaire dans le monde entier. Les observateurs surveilleront de près les conditions météorologiques et les décisions des principaux acteurs du marché pour évaluer l’évolution des prix du sucre dans les mois à venir.

    Article précédentL’Algérie s’engage à réduire les émissions de gaz : Un projet de 1 milliard de dollars en cours
    Article suivantKaïs Saïed : L’Algérie et la Tunisie, un avenir commun