France: Le procès d’un djihadiste français et de sa femme marocaine à Paris

0
France Paris

France: Lundi, devant le tribunal correctionnel spécial de Paris, s’est ouvert le procès d’un jihadiste français qui a rejoint l’Etat islamique en Syrie en février 2015 avec son épouse marocaine et leur enfant alors âgé de deux mois.

Jonathan Jeffrey et sa femme, Latifa Chadli, tous deux âgés de 40 ans, comparaissent devant le tribunal pour avoir participé à une association criminelle terroriste.

Jeffrey, le seul accusé, est en état d’arrestation, tandis que sa femme et sa mère sont toujours divorcées sous contrôle judiciaire. Jeffrey est devenu une précieuse source d’informations pour les autorités françaises depuis son arrestation il y a six ans.

Après avoir lui-même contacté les services de renseignement intérieur français en novembre 2016, il a été capturé par l’Armée syrienne libre début 2017, alors qu’il tentait de fuir la Syrie avec sa femme et leur fils.

Après sa remise à la France en septembre 2017, il avait révélé aux enquêteurs que l’Etat islamique prévoyait d’envoyer des enfants soldats – des « petits du califat » – en Europe « pour y mener des opérations suicides ».

Selon Jonathan Jeffrey, l’organisation prévoyait également de « semer la terreur dans les campagnes françaises » et de « viser une centrale nucléaire française ». Il a également fourni les noms de dizaines de ressortissants français qui ont rejoint l’organisation djihadiste.

Jeffrey, originaire de Toulouse, dans le sud de la France, s’est rendu en Syrie et a rejoint les rangs de l’Etat islamique en février 2015 avec sa femme, Latifa Chadli, et leur premier enfant, qui n’avait alors que deux mois. le procès de ses parents par une association.

« Je ne porterai plus le niqab. Je ne veux plus dépendre de personne », a déclaré Latifa Shadly, aux cheveux bruns lâches, au tribunal.

Le couple est également jugé pour avoir abandonné sa famille pour s’être rendu en Syrie en février 2015 alors que leur premier enfant n’avait que deux mois.

Ils ont eu un deuxième enfant, né en Turquie en juin 2017, quatre mois après leur arrestation par l’Armée syrienne libre alors qu’ils tentaient de fuir la Syrie.

L' »Armée syrienne libre » est une désignation utilisée pour désigner les factions armées de l’opposition qui ont combattu l’armée syrienne pendant les premières années du conflit avant qu’elle ne se disperse.

Aussi, Denis B. La mère de Jeffrey, 59 ans, chrétienne évangélique, est devant la justice, accusée de financer une organisation terroriste pour avoir envoyé des milliers d’euros à son fils alors qu’il était en Syrie.

« J’aidais mon fils, pas le combattant », a déclaré Denise au tribunal.

Jonathan Jeffrey s’est converti à l’islam en 2007 et s’est rapidement radicalisé, notamment en visitant la mosquée Basso Cambo dans le quartier Mirai de Toulouse, qui a vu la montée de nombreux jihadistes.

En Syrie, Jonathan Jeffrey a servi dans les rangs du bataillon Anwar al-Awlaki de l’EI, qui comprenait quelques dizaines de Français, dont les frères Jean-Michel et Fabian Klein, également qui étaient des officiels de propagande du groupe extrémiste et ont adopté les attentats du 13 novembre 2015 en France.

De même, Jeffrey a combattu à Ramadi en Irak dans les rangs du bataillon « Tariq bin Ziyad » créé par Abd al-Ilah Hamish (l’un des combattants français de l’organisation connue sous le nom d’Abu Suleiman al-Fransi), qui comprenait les assaillants de la salle du Bataclan.

Jonathan Jeffrey et Latifa Chadli risquent trente ans de prison, tandis que Denise B. Dix ans de prison.

Le procès devrait se poursuivre jusqu’au 23 janvier.

Article précédentLa sœur « israélienne » du Roi du Maroc Mohammed VI demande reconnaissance et compensation
Article suivantDeux journalistes français nient avoir commis « quelconque crime » dans l’affaire de « chantage du Roi du Maroc Mohammed VI »