France-Maroc: L’accueil par le Parlement français des dirigeants du Polisario a provoqué la colère du régime marocain

0
Les dirigeants du Polisario au parlement français
Advertisement

France Maroc: L’accueil par le Parlement français des dirigeants de la République arabe sahraouie a provoqué la colère du régime marocain.

Le Parlement français a reçu la combattante sahraouie Sultana Khaya et le représentant du Sahara Occidental, Hamad Sedati, à son siège par le représentant du Parti communiste, John Paul Lowcock, où Khaya a expliqué ce qu’elle avait subi « de siège, de torture et de sépulture violations, y compris la tentative de la tuer plus d’une fois. »

La défenseuse sahraouie des droits de l’homme, Sultana Khaya, a dénoncé, au Parlement français, les crimes de l’occupation marocaine et expliqué les graves violations des droits de l’homme dont elle a été personnellement victime en raison de sa défense désespérée des droits du peuple sahraoui .

Pour sa part, John Paul Lowcock a exprimé sa condamnation de l’oppression et des violations des droits de l’homme dont est victime le peuple sahraoui, et a réitéré son entière solidarité avec la militante et défenseuse des droits de l’homme Sultana Khaya et tout le peuple sahraoui.

Sultana Khaya est en France depuis jeudi en tant qu’invitée d’honneur dans le cadre des célébrations de la « Journée de l’Humanité » organisées dans la capitale, Paris, où elle profitera de cette occasion pour présenter des présentations sur la lutte du peuple sahraoui et la résistance pacifique. au Sahara occidental contre l’occupation marocaine.

Les médias marocains ont critiqué l’accueil réservé par le parlement français aux dirigeants sahraouis, décrivant ce qu’il avait fait aggraverait les relations glaciales entre Rabat et Paris.

Sahara Occidental : L’Union des Etudiants de France annonce son soutien à la revendication d’autodétermination

 

Union des Etudiants de France

Le 8 février 2022, la secrétaire générale de l’Union nationale des étudiants français, Milan Lucy, a affirmé son soutien au droit des peuples à l’autodétermination, y compris le droit inaliénable du peuple sahraoui à la liberté et à l’indépendance.

Lors de sa réception dans la capitale française, Paris, le secrétaire général de l’Union des étudiants sahraouis, Moulay M’hamed Ibrahim, Mme Milan Lucy, au nom de son organisation, a exprimé son soutien au droit des peuples à l’autodétermination , y compris le droit inaliénable du peuple sahraoui à la liberté et à l’indépendance.

Après avoir donné des explications sur l’histoire, l’activité et la structure de son organisation, Lucy a renouvelé la disponibilité de son organisation avec toutes ses branches sur le sol français à organiser des activités et des programmes pour soutenir le peuple sahraoui pour son autodétermination.

De son côté, Moulay Ahmed, son hôte et ses adjoints participant à la rencontre, ont dépeint la réalité actuelle de la lutte du peuple sahraoui après la reprise de la lutte armée le 13 novembre 2020, après la violation du cessez-le-feu par les Marocains occupation par la faille illégale de Guergarat.

Le secrétaire général de l’Union des étudiants a appelé toutes les organisations étudiantes et de jeunesse à exercer davantage de pression sur l’occupation marocaine et la communauté internationale afin de renforcer le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

M. Moulay M’hamed Ibrahim et le secrétaire de l’Association des jeunes et des étudiants de France, Abdelbari Mustafa, ont également fait des interventions devant un groupe de militants de l’Union nationale des étudiants de France, au cours desquelles ils ont abordé le contexte historique, politique et juridique dimension de la question sahraouie.

Le conflit du Sahara occidental : un procès pour Paris et Rabat sous la coupole du Parlement français

Le 7 janvier 2021, un débat à l’Assemblée nationale française sur l’évolution de la situation au Sahara occidental, le premier du genre, s’est transformé en procès politique pour les régimes marocain et français, concernant leur alliance pour enterrer l’affaire.

Participait à ce débat, appelé par un bloc de gauche rejetant la position de Paris sur le conflit et son soutien au régime marocain, le représentant du Polisario en Europe, Bobby Bushraya Bashir, qui a souligné que la France est le plus grand soutien du Le régime marocain s’est rebellé contre le droit international et a refusé d’aller vers un référendum pour décider du sort du peuple sahraoui.

Dans son discours, Abi Bushraya Al-Bashir a déclaré que « la France a non seulement abandonné ses obligations vis-à-vis de ses devoirs et du droit international, mais est allée au-delà avec son ferme soutien à l’occupation marocaine au mépris de la légitimité internationale, et la politique intérieure et extérieure de Paris était Le niveau du Conseil de sécurité – ajoute le responsable sahraoui – a soutenu la position du Maroc de rejeter le référendum d’autodétermination et d’étendre le mandat de la MINURSO pour inclure la surveillance des droits de l’homme dans les territoires occupés.

Il a expliqué dans le même contexte que la politique adoptée par le gouvernement français n’est plus un secret mais plutôt une question claire, et cela s’est manifesté par l’abandon du consensus européen en soumettant une demande d’appel de l’arrêt rendu par la Cour européenne de Justice en septembre de l’année dernière, qui appelait explicitement à l’abolition des accords entre l’Union européenne, qui comprend le Sahara Occidental occupé.

Pour sa part, le représentant du Bloc de gauche a déclaré dans son intervention que Paris couvre le pillage continu des richesses du peuple sahraoui par le régime marocain, malgré le fait que l’ONU considère le Front Polisario comme son seul représentant légitime. qui a le droit d’agir en cela, ainsi que le silence sur les graves violations des droits de l’homme dans les territoires occupés.

Pour sa part, la militante française, Claude Monjan, a évoqué dans son discours la grave crise des droits de l’homme dans les territoires occupés et l’horreur des crimes laissés quotidiennement par les forces d’occupation marocaines contre les civils sahraouis, notamment ce qui s’est passé dans la nuit de novembre 8, 2010 lors de l’attaque militaire armée contre le camp et les campagnes de Gdeim Izik Les arrestations ont suivi cette attaque.

Claude Monjan a ajouté que la politique de vengeance était le titre le plus proéminent des autorités d’occupation marocaines contre les militants sahraouis, les détenus politiques et leurs familles, par exemple, l’empêchant depuis des années de rendre visite à son mari, le prisonnier politique sahraoui, Naama Asfari à Kenitra. prison, en représailles contre eux dans le contexte de la condamnation du Comité contre la torture de l’État marocain.Dans le cas de la torture et du simulacre de détention de son mari.

Concernant le rôle négatif de la France au niveau de l’Union européenne, l’avocat du Front Polisario Gil Duffer s’est référé aux décisions rendues par la Cour européenne de justice, qui a affirmé que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc, notant que la France, en retour, a travaillé contourner le droit et la justice européens.

L’avocat du front a souligné que la France restera obligée et exigera la nécessité de respecter la légitimité internationale et de traiter la situation au Sahara Occidental conformément au droit international et européen, en particulier les décisions rendues par la Cour européenne de justice au lieu d’aller à l’encontre de la loi. et les aspirations des peuples de la région.

Par ailleurs, il convient de noter que la session plénière officielle d’examen de la politique étrangère du gouvernement français, qui était accueillie par l’Assemblée nationale, était la première fois qu’elle était consacrée à la question du Sahara occidental, avec une présence officielle représentant le gouvernement français.

Mohamed Sidati, le représentant du Polisario en France, a déclaré, dans une déclaration à l’agence de presse algérienne, que la session parlementaire convoquée par le groupe de la Gauche républicaine démocratique (GDR) « avait pour but d’évaluer l’étendue de l’engagement de la France envers le droit international , en particulier au Sahara Occidental occupé, et sa position sur l’occupation. « Le Marocain brutal et illégal de la dernière colonie d’Afrique. »

Le même diplomate a souligné que la France est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et a une grande influence sur les décisions de ce conseil, et que sa position sur le conflit au Sahara Occidental occupé était « négative et caractérisée par le parti pris pour l’expansionniste marocain politique. »

Le représentant du Front Polisario en France a d’ailleurs appelé Paris à adopter une « approche plus positive » de la liquidation de l’occupation du Sahara Occidental, déclarant : « Il est plus nécessaire que jamais que les positions de la France soient en harmonie avec droit international, d’autant plus que la France assure désormais la présidence de l’Union européenne, ce qui lui permet, ainsi qu’à l’Europe toute entière, d’enregistrer une position commune sur le Sahara Occidental, dans le cadre du respect et de l’application du droit international.

Ce qui appelle davantage cette approche, ajoute-t-il, « la nomination du nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies, Staffan de Mistura, et l’escalade de la guerre dans le territoire occupé depuis la reprise de la lutte armée, en réponse à la violation flagrante par le Maroc de l’accord de cessez-le-feu du 13 novembre 2020. »

A cet égard, il a déclaré : « Malgré la violation par le Maroc de l’accord de cessez-le-feu, et l’atteinte à la sécurité et à la stabilité de la région, le régime du Makhzen a échappé au châtiment », mettant en garde contre les conséquences de cette guerre imposée au peuple sahraoui en tant que conséquence de la politique expansionniste marocaine au Sahara Occidental, qui menace de détériorer la situation.

Il a poursuivi : « En fait, le Maroc cherche désespérément à étendre le conflit dans la région en faisant venir des entités étrangères travaillant à fomenter la guerre et la déstabilisation. Le Maroc opprime également tout un peuple et pille ses ressources et ses richesses, en violation flagrante du droit international.

Ceci, selon lui, « est une insulte aux valeurs de justice, de liberté et de démocratie que l’Union européenne prétend défendre », et a souligné que l’Union européenne est appelée plus que jamais sous la présidence française, à respecter et à mettre en œuvre les décisions et arrêts des tribunaux européens, qui ont déclaré invalides les accords agricoles et de pêche entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc, qui incluent illégalement les territoires du Sahara occidental, sont contraires au droit international.

Au final, M. Sedati a également souligné que « la réalité juridique du Sahara Occidental ne peut en aucun cas être modifiée, et l’Union européenne doit respecter et faire respecter les décisions de ses institutions judiciaires, car leur crédibilité est en jeu », soulignant que la seule solution au conflit du Sahara Occidental est d’autonomiser le peuple sahraoui a le droit à l’autodétermination tel que stipulé par la légitimité internationale.

Article précédentIndustrie automobile : vers la création d’un Holding regroupant les entreprises confisquées par la justice
Article suivantBiens et fonds confisqués : le Président Tebboune ordonne la création d’une Agence chargée de leur récupération