France: Outre le cas du Mali, pourquoi le sentiment anti-français augmente-t-il en Afrique ?

0
sentiment anti-français
Advertisement

Paris : Outre le cas du Mali, pourquoi le sentiment anti-français augmente-t-il en Afrique ?.. C’est ce qu’interroge le journal français « Le Figaro », dans un entretien avec Patrick Roper, un journaliste et photographe bien connu et vétéran, qui a parcouru l’Afrique depuis 1980 et couvert de nombreux conflits (il a été grièvement blessé par balle au Libéria en 2003), et son travail, publié dans de grands magazines, a remporté de nombreux prix internationaux.

Ce dernier dit en réponse aux questions du Figaro que pour comprendre pourquoi la déformation de l’image et de la réputation de la France a atteint un tel niveau en Afrique, notamment dans ses anciennes colonies, il faut analyser la frustration des Africains, embourbés dans les crises économiques et sociales et prendre conscience que les canaux de migration sont devenus très coûteux, non sécurisés et risqués. . Dès lors, une partie de l’opinion publique de ces pays africains cherche un bouc émissaire.

Patrick Roper ajoute qu’en Afrique, en cas de difficultés, la réaction est souvent d’accuser la France de vol, de pillage, de néo-colonialisme, de patriarcat et autres.

Le célèbre reporter et photographe français accuse également les médias français, très populaires en Afrique, et estime qu’ils jouent leur rôle en adoptant une posture critique permanente, qualifiant certains médias français de « puissants moteurs de distorsion de la politique française ». Il a estimé que ce qu’il a décrit comme « l’image malheureuse de la France » véhiculée par ces médias est exploitée par tous les rivaux de Paris, notamment les Russes ou par eux les Chinois ou les Turcs, mais aussi les Italiens, les Allemands ou les Américains. .

En conséquence, les Africains méprisent la France, même avec le flux constant de migration irrégulière vers l’Europe, explique Patrick Roper.

Le reporter et photographe français spécialiste de l’Afrique considérait également le cas du Rwanda comme l’exemple emblématique, car la publication du rapport Duclert, basé sur l’étude de documents déclassifiés par l’examen de documents d’archives, montre que les médias français n’ont pas été très justes dans leur couverture de l’intervention française au Rwanda. Les déclarations des autorités françaises concernant le Rwanda n’ont pas été prises au sérieux. Les premiers articles remettant sérieusement en cause le régime de Paul Kagame sont venus des médias britanniques, américains et scandinaves, pas de la presse française.

Patrick Roper s’est également arrêté à l’article financier, rappelant que ce pays avait connu une série de coups d’État depuis le début de la cinquième rébellion touareg en 2012, qui a précédé l’invasion djihadiste / expliquant ici que la France n’est jamais intervenue pour s’opposer aux coups d’État ou aux rébellions militaires, même quand elle y avait des militaires (… Mais ces dernières années, la France n’est intervenue que pour soutenir techniquement et financièrement le processus électoral. Au lieu de se féliciter que la France n’était pas coupable de l’ingérence, les médias français ont choisi de blâmer Paris pour le chaos dans ce pays.

Le correspondant et photographe français spécialisé sur l’Afrique a expliqué que les Français se retirent déjà progressivement économiquement de l’Afrique, à l’exception de quelques pays où subsistent encore quelques petites et moyennes entreprises. Il n’y a plus beaucoup d’entreprises françaises qui investissent, sauf pour les très gros marchés publics, souvent ponctuels. Et ceux là ont l’intention de partir.

Personne ne veut participer à la pression médiatique que subissent certains grands groupes français, a déclaré Patrick Roper, dont les concurrents étrangers ne sont pas touchés, expliquant que les petites et moyennes entreprises en France investissent peu en Afrique parce qu’elles n’ont que quelques du coup pour faire un gros investissement. .

Patrick Roper a poursuivi en disant que les gouvernements français se sentent tellement surveillés que, pour la plupart, ils n’osent plus tenter d’influencer les affaires de l’Afrique, soulignant que la Françafrique (France-Afrique) est finie, pour ceux qui en doutent encore.

Article précédentLa France entre police politique et islam politique
Article suivantL’Allemagne veut renforcer la coopération avec le Canada dans le domaine de l’énergie