Hafid Derradji défend les supporters algériens qui ont hué Rabah Madjer

    0
    Hafid Derradji

    Chan Algérie: Le commentateur algérien des chaînes BN Sport, Hafid Derradji, a pris la défense des supporters algériens qui ont hué au stade Nelson Mandela d’Alger l’ancien joueur international, Rabah Madjer.

    Hafid Derradji a déclaré dans un post sur sa page Facebook officielle, que lorsque nous défendons Madjer la personne et l’ancien joueur international et appelons au respect humain, nous ne devons pas attaquer les supporters qui l’ont sifflé dans les tribunes du stade.

    Derradji a ajouté que le public « a sifflé, exprimant sa colère contre Madjer, l’entraîneur qui a échoué et l’analyste dont les analyses ont irrité un large public, et peut-être contre certaines de ses positions dans sa vie ».

    Le commentateur algérien a expliqué : « Il ne faut pas traiter une erreur par une autre, et se moquer du public, car Madjer est une personnalité publique qui a réussi et échoué, et est sujette à la critique comme aux éloges comme d’autres personnalités dans tous les domaines ».

    Il a conclu : « Quant au public sportif, il a le droit d’exprimer ses sentiments spontanés, que ce soit en applaudissant ou en sifflant. Il faut l’accepter tel qu’il est, et travailler à affiner au maximum ses réactions ».

    Dans un article précédent, Hafid Derradji a déclaré que le joueur algérien, Rabeh Majer, l’être humain, et le joueur international, Rabeh Majer, la légende, méritent tout notre respect et notre appréciation, et non des brimades et des sifflements, comme cela s’est produit aujourd’hui.

    Il a ajouté : « Les générations montantes qui sont passionnées par le football, adorant leur équipe nationale et aimant leur pays, doivent s’aimer, avoir de bonnes mœurs et être fières de tous leurs symboles qui ont contribué à faire la gloire de l’Algérie dans tous les domaines ».

    Article précédentLa maison de Saïd Bouteflika l’implique dans de nouvelles affaires de corruption
    Article suivantPour la première fois en 17 ans, Saïd Chanegriha se rend en France pour cette raison