Selon les estimations du président de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT), Noureddine Daoudi, seulement 40% du domaine minier national fait l’objet de prospection et d’exploitation. Cela ouvre, à son sens, le champ des opportunités.

Intervenant à l’ouverture hier à Oran de la 10e édition du North Africa Petroleum Exhibition and Conférence (Napec), M. Daoudi a expliqué » que « la superficie couverte par les travaux de prospection, de recherche et d’exploitation représente 40% de la surface globale, ce qui laisse libre une superficie dépassant les 60% du domaine minier national des hydrocarbures ».

Ainsi selon le patron de l’ALNAFT, ces données renseignent sur l’ampleur des opportunités et les vastes possibilités d’investissements dans ce domaine.

« Le potentiel pétro-gazier de l’Algérie demeure important et la base des réserves actuelles peut être renforcée grâce à la couverture de l’ensemble des thématiques et régions du pays, y compris en ce qui concerne l’offshore », a-t-il estimé.