Auteur du mandat d’arrêt international contre l’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, Belkacem Zeghmati a été officiellement limogé de son poste de procureur général près le Cours d’Alger. Le décret présidentiel mettant fin aux fonctions du magistrat, signé le 28 février, est publié dans le Journal Officiel du 16 mars dernier.

Contrairement à d’autres procureurs et juges, dont le décret précise «la mise à la retraite» ou «appelé d’autres fonctions», la mise à l’écart de Belkacem Zeghmanti n’a pas été motivé. Ce qui peut signifier que le désormais ancien procureur près la cours d’Alger est tout simplement mis en dehors du circuit judiciaire.

Nommé en 2003 comme procureur général près la Cours d’Alger, Belkacem Zeghmati a surpris l’opinion publique lorsqu’il avait convoqué, en août 2013, une conférence de presse pour annoncer le lancement d’un mandat d’arrêt contre Chakib Khelil et sa famille. Il avait également promis de la transparence dans la gestion de ce dossier.

Quelques semaines plus tard, le ministre de la Justice de l’époque, Mohamed Cherfi, a été limogé et le mandat d’arrêt lancé contre Chakib Khelil retiré pour «vice de forme». Le juge qui avait instruit l’affaire avait été également remercié.

Ainsi, tous ceux qui sont impliqués, de manière directe ou indirecte, dans l’instruction de l’affaire Sonatrach II sont soit limogés soit mis à la retraite.

Essaïd Wakli

Originally posted 2016-04-06 11:08:30.

Article précédentLe président Tebboune convoque le corps électoral
Article suivantLe président Bouteflika promulgue deux décrets présidentiels portant mesures de grâce