Mouvement de protestation, démissions et suspicion. L’incendie qui a coûté la vie à sept personnes, la semaine dernière, au complexe touristique de Zeralda, à l’ouest de la capitale, n’a pas été sans conséquences.

Ainsi, selon des informations concordantes, le directeur du complexe touristique a cédé à la pression des travailleurs qui ont demandé son départ. Les employés, eux, ont organisé des actions de protestation pour réclamer notamment plus de sécurité dans l’enceinte qui compte plusieurs infrastructures touristiques.

Sur le plan purement technique, on apprend que le directeur démissionnaire soupçonne un des agents de sécurité de son entreprise d’être derrière l’incident de la semaine dernière. Par contre, la gendarmerie nationale, qui enquête sur ce drame, n’a toujours pas rendu les conclusions de ses investigations.

Dans la nuit de mardi à mercredi dernier, un incendie, qui s’est déclaré suite à une rixe qui a éclaté dans la boîte de nuit du complexe touristique de Zeralda, à Alger, a coûté la vie à sept personnes et en a blessé deux autres.

Essaïd Wakli