L’Armée Nationale Populaire (ANP) est considérée comme la 2e armée la plus puissante d’Afrique et la 31e dans le monde entier. Pour quelles raisons ? L’évaluation faite par le site Global Fire Power (GFP) qui a offert récemment un classement fait l’inventaire des capacités militaires des armées de chaque pays, dont l’Algérie.

Armée de terre, armée de l’air, effectif, ou armement. GFP a passé au crible les ressources de chaque armée pour en faire un classement mondial de l’année 2014. Nous sommes habitués aux classements mais il est important de savoir pourquoi un pays dispose d’une armée puissante ou non. Dans le cas de l’Algérie qui obtient la 31 e place dans le classement mondial, la 2e place à l’échelle continentale d’après GFP, plusieurs critères entrent en jeu. Le site qui s’est basé sur des données publiques donnés par chaque pays ou par la CIA a rangé les pays en fonction de leur armée, l’investissement mis dans ce corps et enfin le contexte global.

Les atouts de l’armée algérienne reposent surtout sur son important effectif militaire, actif comme réserviste, qu’elle doit à son service militaire obligatoire. Le site estime que l’armée est composée de 512 000 militaires, tous corps confondus, et de 400 000 réservistes. D’après la même source l’Algérie pourrait si elle le souhaite mobiliser 20 387 681 personnes.

Autre point fort de l’armée algérienne, les ressources en hydrocarbures du pays qui lui permettent un approvisionnement immédiat et constant.  Le pétrole est lui-même devenu une arme, servant non seulement pour les machines militaires, mais aussi d’outil de négociation. Enfin ce sont les ressources financières de l’Algérie qui lui rendent service, le site souligne que le pays a d’importantes réserves de change et souligne surtout le budget accordé à l’armée qui représente la grosse dépense publique en Algérie.

Pour voir la totalité du classement cliquez ici

Originally posted 2014-05-04 15:32:55.

Article précédentPerspectives 2009/2010 de la crise mondiale, Évolution du cours du pétrole et probabilité de la dépréciation du dollar
Article suivantMoi algérien, pourquoi j’ai décidé de quitter l’Algérie…